Nominations: Amélie Mauresmo et Susan Arnold à la tête de grandes institutions

L’ex-N.1 mondiale de tennis, Amélie Mauresmo, a été nommée directrice de Roland Garros, jeudi 9 Décembre, tandis que la femme d’affaires Susan Arnold annonce qu'elle accède aux rênes du directoire du conseil d’administration de Disney à la fin de l’année. La féminisation des hauts postes est une première pour des institutions de longue date, avec deux femmes qui ont eu le courage de s'exprimer librement.

Sommaire

  • Amélie Mauresmo, première femme directrice de Roland Garros
  • Des victoires qui s’enchaînent
  • Un nouveau challenge pour l’ancienne championne de tennis française
  • Susan Arnold, une femme d’ambition
  • Un nouveau souffle pour Disney

L’ex-N.1 mondiale de tennis, Amélie Mauresmo, a été nommée directrice de Roland Garros, jeudi 9 Décembre, tandis que la femme d’affaires Susan Arnold annonce qu’elle accède aux rênes du directoire du conseil d’administration de Disney à la fin de l’année. La féminisation des hauts postes est une première pour des institutions de longue date. La rédaction Informelles s’est intéressée au parcours de deux femmes aux similarités étonnantes.

Amélie Mauresmo, première femme directrice de Roland Garros

Le président de la fédération française de Tennis (FFT) a annoncé ce jeudi en conférence de presse qu’Amélie Mauresmo est désormais la nouvelle directrice de Roland-Garros « au moins jusqu’en 2024″. Ce dernier a également tweeté qu’ »elle est la première femme à diriger le tournoi de Roland-Garros ». L’ancienne joueuse a également partagé son enthousiasme sur Instagram : « Quelle fierté de rejoindre les équipes de Roland Garros. J’ai accepté ce poste de directrice du tournoi en affichant clairement des ambitions fortes. Je les porterai avec l’exigence, la liberté et la passion qui m’ont toujours animées ».

« Quelle fierté de rejoindre les équipes de Roland Garros. J’ai accepté ce poste de directrice du tournoi en affichant clairement des ambitions fortes. Je les porterai avec l’exigence, la liberté et la passion qui m’ont toujours animées ». Amélie Mauresmo, ancienne championne de tennis française et directrice du tournoi de Roland Garros

Des victoires qui s’enchaînent

En 2006, Amélie Mauresmo gagne l’Open d’Australie et Wimbledon et devient n°1 mondial durant 34 semaines entre mars et novembre. En 2009 elle annonce en conférence de presse qu’elle souhaite mettre fin à sa carrière mais se reconvertit consultante pour France Télévisions et Eurosport à partir de 2010. En Juillet 2012 elle est également la première femme nommée capitaine de l’Equipe de France de Fed Cup par la Fédération Française de Tennis et succède à Nicolas Escudé. Elle a également soutenu six sportifs du documentaire « Faut qu’on parle » qui ont révélé leur homosexualité. L’ancienne championne de tennis avait fait son coming-out en 1999 et expliquait l’avoir vécu comme un « tsunami » a-t-elle révélé sur France Inter en 2019.

Un nouveau challenge pour l’ancienne championne de tennis française

L’ancienne joueuse a un lien très fort avec Roland Garros, « Ce tournoi m’a fait rêver depuis mon plus jeune âge. Roland-Garros a été un fil conducteur de toute ma vie », souligne-t-elle. Elle se souvient avoir joué enfant à « chat perché non pas dans les cours de récré, dans les parcs, mais sur le Central. Les premières conneries d’adolescente, j’ai pu les faire aussi dans l’enceinte du stade ».

Aujourd’hui l’ancienne joueuse souhaite donner un nouveau souffle et a déjà une vision de ce qu’elle souhaite réaliser. Pour elle, Rolland Garros n’a pas tous les atouts que certains autres tournois du Grand Chelem offrent à leurs joueurs en termes d’espace. Elle souhaite faire de Roland Garros, le tournoi préféré des joueurs et des joueuses, en mettant en place des dispositifs permettant un meilleur accueil de ces derniers et de leur entourage.

disney Nominations: Amélie Mauresmo et Susan Arnold à la tête de grandes institutions

Disney @ABACA

Susan Arnold, une femme d’ambition

Pour la première fois de son histoire, Disney va bientôt être présidée par une femme. Bob Iger, président du conseil d’administration quitte le royaume enchanté de Disney à la fin de l’année pour être succédé par Susan Arnold. Agée de 67 ans, la femme d’affaires a fait ses grands débuts en 1980 chez Procter&Gamble. Elle gravit les échelons, prenant la tête de la division « Beauté » de la firme, avant d’être nommée directrice chez McDonald’s de 2008 à 2016 et directrice chez NBTY (entreprise américaine de compléments alimentaires) de 2013 à 2017.

Depuis 2002, elle est référencée comme une des femmes qui comptent dans la vie économique des Etats-Unis. Selon l’évaluation du magazine Fortune, elle figure parmi les 50 femmes les plus puissantes dans le monde des affaires, Top50 où elle a été classée 7e en 2008. En 2004 et 2005, elle était aussi sur la liste des 50 femmes à suivre du Wall Street Journal. Puis, à plusieurs reprises, elle a figuré sur la classification Forbes des 100 femmes les plus puissantes du monde, dont  elle a été classée 16e en 2005. Mère d’une fille et d’un fils avec sa compagne Diana Salter, elle est également l’une des rares businesswomen américaines à avoir revendiqué son homosexualité ouvertement.

Un nouveau souffle pour Disney

Susan Arnold présidera le conseil d’administration de Disney à un moment où le géant du divertissement tente de se réinventer en tant que société numérique avec de nouvelles sources de revenus. Disney “a dû faire face à une période de turbulences sans précédent ces dernières années”, souligne le Wall Street Journal. Les parcs Disney ont dû fermer leurs portes au public dans le monde entier avec la pandémie du covid-19. L’entreprise a été obligée d’« accélérer ses projets » de streaming, avec sa plateforme en ligne Disney+. Dans un communiqué de presse sur le site de Disney elle exprime son enthousiasme. « Je me réjouis de continuer à servir les intérêts à long terme des actionnaires de Disney et de travailler en étroite collaboration avec le PDG Bob Chapek ». Deux femmes à suivre de près dans les prochaines années.

 

Visualizza questo post su Instagram

 

Un post condiviso da Amelie Mauresmo (@amemauresmo79)

 

« Je me réjouis de continuer à servir les intérêts à long terme des actionnaires de Disney et de travailler en étroite collaboration avec le PDG Bob Chapek. » Susan Arnold, nouvelle présidente du directoire de Disney

soutenez informelles Nominations: Amélie Mauresmo et Susan Arnold à la tête de grandes institutions

Partager cette publication