L’interview Informelle: Barbara Albasio et les pouvoirs de l’eau

Originaire d'Italie, Barbara Albasio est une ancienne manager en marketing qui a tout quitté pour lancer un cabinet d'accompagnement pour réveiller la créativité des managers en entreprise, à travers l'art. Fascinée aussi par l'eau, elle décide de réaliser un documentaire pour parler de ses bienfaits, de ses mystères et ses problèmes écologiques. Et elle lance un festival, "Aquamour", du 29 juillet au 7 août sur l'île d'Elbe en Italie avec une brochette d'artistes qui vont oeuvrer in situ sur la thématique aquatique. Rencontre.

Sommaire

    • Aquamour, un festival sur l’eau cet été en Italie
    • Un début de carrière classique en entreprise
    • L’eau, source de créativité
    • La philosophie de vie de Barbara Albasio

Originaire d’Italie, Barbara Albasio est une ancienne manager en marketing qui a tout quitté pour lancer  « Sensi, Ateliers, Art & Sens », un cabinet pour accompagner les managers en entreprise et réveiller leur créativité à travers les arts, il y a plus de dix ans. Au fondement, la créativité que l’on doit surtout à l’eau selon elle. Oui vous avez bien lu ! L’eau qu’on boit tous les jours, celle avec laquelle on se douche ou qu’on arrose les plantes du jardin est, pour elle, la source primordiale et, notamment, de la créativité. Fascinée par cet élément, elle décide de réaliser avec son compagnon un documentaire pour parler de ses bienfaits, de ses mystères et ses problèmes écologiques, à travers un tour du monde qu’elle écourte à cause de la pandémie en 2020. Une fois le documentaire monté, elle lance le festival « Aquamour » qui aura lieu du 29 juillet au 7 Août sur l’île d’Elbe en Italie avec une brochette d’artistes qui vont oeuvrer in situ sur la thématique aquatique. Rencontre.

Aquamour, un festival sur l’eau en Italie cet été

Informelles : Qui êtes-vous ?

Barbara Albasio : « Je suis Barbara Albasio, d’origine italienne, entrepreneuse et amoureuse de l’art et l’eau ».

C’est quoi le festival « Aquamour « ?

B.A. : « Le festival « Aquamour » aura lieu à l’île d’Elbe, en Toscane, en Italie, cet été, du 29 juillet au 7 août. Ce festival organisé autour de la projection du film que nous avons fait sur l’eau et ses gardiens autour du monde, fait aussi appel à plusieurs artistes pour venir exposer leurs œuvres, que ce soient des sculptures, des peintures ou autres, dans ce musée à ciel ouvert qui nous héberge à l’île d’Elbe.

Il y aura plus de quarante artistes et des ateliers pour que les gens puissent aussi mettre la main à la pâte. Il y aura aussi des rencontres et des échanges sous forme de tables rondes, des balades sur l’eau et à côté de l’eau pour expérimenter, par exemple le nettoyage des plages et de la mer avec kayak, paddle et canoë ».

Barbara Albasio

Un début de carrière classique en entreprise

Quel est votre métier ?

B.A. : « J’ai créé « Sensi Ateliers, Art & Sens » et j’interviens dans le monde de l’entreprise pour créer un lien entre les équipes. Le premier objectif est de créer de la cohésion, le second est de libérer la créativité de chacun. Enfin, le troisième objectif est l’atteinte du bien-être en entreprise. Le monde de l’entreprise, aujourd’hui, est assez anxiogène et stressant. Plus les collaborateurs se sentent bien, mieux ils performent, c’est la clé. C’est donc gagnant-gagnant d’intervenir en faveur du bien-être de ses employés ».

Comment ça marche ?

B.A. : « Je m’appuie sur un réseau que j’ai créé au fur et à mesure de ma carrière. J’appelle des talents, ça peut être un chef d’orchestre, un comédien, une chanteuse, un sculpteur, un peintre, etc. Ce sont les talents. Avec eux je crée des ateliers que je propose aux entreprises. Les employés participent et on travaillent ensemble sur les difficultés qu’ils rencontrent. Je travaille souvent sur des fusions ou des rachats d’entreprises, par exemple, où il faut créer de la cohésion entre les cultures d’entreprises. C’est un cas typique et il faut faire en sorte que les gens se connaissent mieux ».

Quel est votre parcours ?

B.A. : « J’ai eu un parcours assez classique au départ, avec des études en business et management dans des grandes écoles. J’ai fait du marketing et de la communication. A côté de ça, j’ai toujours alimenté ma passion pour le monde artistique, que ce soit le théâtre et la sculpture, la peintures ou la danse. Ensuite, j’ai quitté le monde classique de la grande entreprise et je me suis lancée dans l’aventure de l’entrepreneuriat pour créer « Sensi, Art, Ateliers & Sens »« .

L’eau, source de créativité

Quel est le lien avec l’eau ?

B.A. : « En Inde, on dit que l’élément eau est lié à la créativité. Il est présent dans tout notre organisme. Il y a cette fluidité, cette flexibilité, ce lien qui peut se faire entre les gens grâce à la créativité ».

D’où vient votre intérêt pour l’eau ?

B.A. : « Depuis mon jeune âge, je m’intéresse à cet élément. Toute ma famille vient de l’île d’Elbe, en Toscane, et je passais quatre mois par an sur cette île quand j’étais enfant. Les étés étaient arides, il y avait souvent des problèmes de sécheresse. On manquait d’eau. Ensuite, j’ai vécu quelques années au Koweït et là, encore, je me suis rendue compte à quel point l’eau était précieuse. Il n’y avait pas d’eau qui coulait dans les robinets, l’eau était sableuse. Sans eau, on ne peut pas vivre ».

Pourquoi avoir réalisé un reportage sur l’eau ?

B.A. : « Le projet a été réalisé par mon compagnon Stéphane et moi. En sortant d’une projection d’un film qui s’appelle « Demain », réalisé par Cyril Dion, on s’est dit: « enfin un récit positif qui donne de l’espoir ». Et on trouvait que c’était vraiment intéressant de redonner de l’espoir et de l’énergie aux personnes pour les encourager à agir pour le bien de ce monde. On est donc partis à la recherche des histoires de ces citoyens et ces personnes qui œuvrent soit pour protéger l’eau, soit pour parler de l’eau. On a fait plus de 21 interviews, on a voyagé à travers une quinzaine de pays et on est revenu avec de beaux récits, des beaux exemples que nous avons mis dans le documentaire« .

Lire aussi

• Entreprendre autrement : dépolluer les mers avec Green City Organisation10
• Entreprendre autrement: les entreprises au défi de la RSE avec l’Agence Éthique

La philosophie de vie de Barbara Albasio

Avez-vous un.e rôle modèle ?

B.A. : « Ma grand-mère maternelle. Elle est partie faire le tour du monde et m’a toujours inspirée parce qu’elle parlait sept langues. Elle était très curieuse, elle avait ce pouvoir de créer du lien entre les gens, de passer d’un milieu à un autre. Voilà, pour moi, c’est quelqu’un qui m’inspire beaucoup et je voulais faire comme elle, un tour du monde, en y ajoutant cette thématique de l’eau ».

Qu’est-ce qui vous inspire ?

B.A. : « Ce qui m’inspire le plus, c’est la nature. Et aussi les aventuriers, les gens qui sortent des sentiers battus, qui vont chercher des choses différentes, qui n’ont pas peur de sortir du cadre ».

« Ce qui m’inspire le plus, c’est la nature. Et aussi les aventuriers, les gens qui sortent des sentiers battus, qui vont chercher des choses différentes. » Barbara Albasio, fondatrice du cabinet « Sensi, Art, Ateliers & Sens » et du festival Aquamour

Être une femme entrepreneuse ?

B.A. : « Je suis très contente d’être femme et entrepreneuse. C’est une énorme liberté car on a beaucoup de chance d’être dans un pays où on peut agir en tant que femme entrepreneuse. Moi, je prends ma liberté. Je kiffe, c’est super (rires). J’adore ça et je pense que c’est cet atout de créativité que je nourris, que j’ai à moi et que je cultive me donne beaucoup de sens. C’est ma baguette magique ».

 

Partager cette publication