Vues du Monde : Commission sur le 6 janvier, les femmes s’engagent

A Washington, la commission d'enquête parlementaire sur les violences du 6 janvier vient de clôturer ses séances publiques sous l'égide de Liz Cheney. Elle rendra son rapport final à l’automne. Certaines estiment qu'un fossé s’est creusé entre ces femmes qui ont eu le courage de témoigner et ces hommes de pouvoir qui ont tout fait pour se dédouaner de toute responsabilité.

Sommaire

  • Commission sur le 6 janvier, un fossé entre sexes
  • Des « filles » contre Trump
  • Le courage des femmes
  • Liz Cheney, une nouvelle figure féministe

 

ABACA BRUPI20220722 040 1 Vues du Monde : Commission sur le 6 janvier, les femmes s'engagent

Commission sur le 6 janvier, 21 juillet 2022 / WinMcNamee/UPI/ABACAPRESS.COM

Commission sur le 6 janvier, un fossé entre sexes

A Washington, la commission d’enquête parlementaire sur les violences du 6 janvier vient de clôturer ses séances publiques. Elle rendra son rapport final à l’automne. Dans le New York Times, Annie Karni et Maggie Haberman estiment qu’un fossé s’est creusé entre ces femmes qui ont eu le courage de témoigner et ces hommes de pouvoir qui ont tout fait pour se dédouaner de toute responsabilité. Certains ont ignoré les convocations de la commission comme l’ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon. Il risque une condamnation de deux ans de prison.

En face d’eux, des femmes comme Sarah Matthews, ancienne secrétaire de presse adjointe de la Maison Blanche, ou Cassidy Hutchinson, assistante à la présidence, ont choisi de témoigner. Pour la première, l’assaut du Capitole fut le « jour le plus sombre de l’histoire de notre pays », « le comportement de Donald Trump ce jour-là a provoqué sa décision de démissionner », indique le site d’informations The 19th.

Des « filles » contre Trump 

Le quotidien new yorkais dresse le profil de ces femmes qui ont témoigné publiquement devant la commission sur le 6 janvier. Parmi celles que les journalistes du New York Times mettent à l’honneur figurent Sarah Matthews, ancienne attachée de presse adjointe de la Maison Blanche; Cassidy Hutchinson, assistante à la Maison-Blanche; Caroline Edwards, agent de police du Capitole agressée par les émeutiers; Wandrea Moss et sa mère, Ruby Freeman, agentes électorales de Géorgie harcelées et menacées de mort à la suite de fausses accusation de Donald Trump…

Un récent sondage du New York Times/Siena College révèle ainsi que six femmes sur dix pensent que les actions de M. Trump après l’élection de 2020 ont menacé la démocratie, tandis que les hommes sont partagés, 48% étant de cet avis et 45% disant qu’il ne faisait qu’exercer ses droits.

Le courage des femmes

Mais “leurs déclarations, et les attaques qui ont suivi, ont mis en évidence le fait que les femmes paient encore souvent un prix plus élevé que les hommes pour s’exprimer”, analysent les journalistes du New York Times. Plusieurs ont été victimes d’attaques particulièrement violentes de la part du camp républicain et des partisans de l’ancien président.

Ce dernier n’a pas hésité à s’en prendre à Cassidy Hutchinson dans une interview récente. Pour lui, « cette fille » invente des histoires. « Elle a de sérieux problèmes, laissez-moi le dire comme ça. Des problèmes mentaux », s’emporte-t-il. 

Liz Cheney, une nouvelle figure féministe 

La fille de Dick Cheney apparaît comme le fer de lance du combat des femmes contre l’ancien président et ses alliés. “Elle s’est positionnée comme la championne des femmes qui ont accepté de témoigner publiquement, les comparant favorablement aux nombreux hommes qui ont refusé de le faire”, écrit le NYT.

La représentante républicaine du Wyoming et vice-présidente de la commission, a ainsi rendu hommage, lors de la session finale de la commission sur le 6 janvier, au courage de ces femmes qui ont témoigné, tout en établissant un contraste saisissant avec ces « hommes de 50, 60 et 70 ans qui se cachent derrière leur immunité ». Elles sont « une inspiration pour les femmes et les filles américaines », a conclu celle qui affiche des opinions anti-avortement.

Elle-même n’a pas hésité de faire un clin d’œil à l’histoire des luttes féministes en portant une veste blanche lors de la dernière session de la commission. A l’instar des « suffragettes du début du 20e siècle, (…) Liz Cheney a également porté du blanc en mettant l’accent sur le rôle des femmes dans la défense de la démocratie », saluent Barbara Rodriguez et Mariel Padilla de The 19th.

 

 

 

soutenez informelles Vues du Monde : Commission sur le 6 janvier, les femmes s'engagent

Partager cette publication