Réseau « Les Expertes » : de la France au Sénégal, la vocation de mettre en avant les femmes

Les Expertes, annuaire 100% féminin, vient de lancer sa version sénégalaise. Sa mission : rendre visibles les expertes dans les médias et favoriser la parité hommes/femmes. Bilan avec Anna Mélin, leur cheffe de projet.

Sommaire

  • Les expertes sont sous-représentées dans les médias
  • Un annuaire 100% féminin
  • Au Sénégal, l’internationalisation continue
  • Quatre catégories d’expertes : pourquoi pas vous ?
Anna Mélin, cheffe de projet Les Expertes.

Anna Mélin, cheffe de projet Les Expertes.

Les expertes sont sous-représentées dans les médias

« Les plateaux télé exclusivement composés d’hommes, c’est quotidien« , regrette Anna Mélin, cheffe de projet chez Les Expertes. En 2021, 43% des experts à la télévision et à la radio sont des femmes, selon le dernier rapport de l’Arcom (ex-CSA). Soit +2 points par rapport à 2020, et +16 points comparé à 2016. Tous rôles confondus (expertes et autres), « les femmes sont moins présentes à la télévision aux heures de fortes audiences« , souligne l’étude. Par exemple, « de 21h à 23h : 38% contre 45% au global, pour un temps de parole de 32% (contre 36% au global)« .

Et les périodes de crise n’arrangent rien… « Que ce soit le Covid-19 ou la guerre en Ukraine, quand les journalistes sont dans l’urgence« , explique Anna Mélin, « ils ont encore plus tendance à se tourner vers les experts qu’ils connaissent, qu’ils ont l’habitude d’inviter. » Des hommes, trop souvent.

Un annuaire 100% féminin

Pourtant, pour atteindre la parité, les médias ont à leur disposition un outil remarquable, né pour rendre visibles les femmes sur les plateaux et dans les journaux : l’annuaire Les Expertes. Son slogan : « Les expertes existent. Elles sont ici ». Il répertorie des spécialistes femmes dans tous les domaines, avec un moteur de recherches par mots-clés. Les journalistes n’ont qu’à s’enregistrer pour entrer en contact avec elles.

Le site compte 5.574 expertes inscrites au 25 mars 2022, et 8.196 journalistes enregistrés. « Nous avons lancé une enquête en novembre 2021 auprès de nos expertes et parmi les 700 répondantes« , indique Anna Mélin « 68% ont été contactées au moins une fois par un journaliste et 55% sont passées dans un média. »

Cependant, 25% des répondantes ont décliné une proposition, car elles ne se sentaient pas légitimes. L’excès d’humilité est un frein, comme la peur : « Certaines expertes redoutent les passages dans les médias« , avertit Anna Mélin, « car elles y ont vu des personnes mises en difficulté. Or, la plupart du temps, cela se passe très bien. » Pour dépasser ce blocage, Les Expertes propose du media training (payant), et a ainsi formé 35 expertes.

« Nous avons lancé une enquête en novembre 2021 auprès de nos expertes. Parmi les 700 répondantes, 68% ont été contactées au moins une fois par un journaliste et 55% sont passées dans un média. »Anna Mélin, cheffe de projet Les Expertes.

Au Sénégal, l’internationalisation continue

En mars 2022, le projet a déployé sa version sénégalaise : Les Expertes Sénégal, en partenariat avec l’association Social Change Factory, active principalement en Afrique de l’Ouest. Mais ce n’est pas leur première internationalisation. Rapide historique… Le projet est né il y a dix ans au format papier (grâce à Marie-Françoise Colombani et Chekeba Hachemi). Il a ensuite inspiré l’annuaire numérique, lancé en 2015 par le groupe Egaé, fondé par Caroline De Haas et Pauline Chabbert. Il s’est internationalisé dès 2017, avec Les Expertes francophones, puis en 2018 Les Expertes Tunisie et Les Expertes Algérie, en partenariat avec des associations nationales. En 2021, c’est au tour d’un annuaire mondial thématique, consacré aux questions de genre et d’égalité hommes/femmes, avec Les Expertes Genre (bilingue).

Un risque de fermeture en 2020

Le site veut bien sûr attirer des expertes, des journalistes et des partenaires (dont Women in games fait partie), mais aussi des financeurs pour le futur… « Nous avons lancé un signal d’alerte en 2020, car nous vivions un risque de fermeture« , raconte Anna Mélin. En 2021, un consortium de 14 médias s’est engagé sur un financement sur trois ans (en moyenne 70.000 euros par an), auquel s’ajoutent 10.000 euros du ministère de la Culture.

Quatre catégories d’expertes : pourquoi pas vous ?

L’annuaire recense quatre catégories d’expertes : métiers, recherche, société civile et journalistes (à ne pas confondre avec les journalistes, hommes ou femmes, enregistrés pour contacter les femmes répertoriées). A bon entendeur…


Lire aussi

Vues du monde : Eileen Gu ou Gu Ailing ? La star duale des JO 2022
Les pubs du Super Bowl américain sont-elles sexistes ?

soutenez informelles Réseau "Les Expertes" : de la France au Sénégal, la vocation de mettre en avant les femmes

Partager cette publication

Informelles a besoin de vous!

A trois associés- Olivia Strigari, Yves Bougon et Mickaël Berret -  on a réalisé un rêve un peu fou: créer un média économique indépendant pour les femmes actives, pour avoir un impact sur l’égalité femme-homme, pour briser le plafond de verre et l’isolement des femmes managers, insuffler l’esprit de sororité parmi toutes celles qui œuvrent au quotidien, pour les inspirer avec des portraits de leurs paires, pour partager leurs expériences, leurs coups de gueule et de tête, pour les accompagner pas à pas dans leur aventure. Celle d’être une femme épanouie et libre.

Ce rêve est désormais en ligne, à un an de son lancement. Avec un nouvel outil génial qui œuvre pour la presse indépendante: la plateforme Jaimelinfo qui permet de faire des dons défiscalisés aux médias qui vous tiennent à cœur. Alors si vous partagez notre démarche et avez envie de contribuer à l’avancée de la parité, n’hésitez pas à nous soutenir ! Votre don sera défiscalisé à 66% et, en plus, réduira vos impôts!

Pour agir concrètement et faire que l’indépendance financière des femmes soit une réalité et l’entrepreneuriat féminin facilité…

Soutenez Informelles.media, la presse libre et indépendante pour l’empowerment féminin!

Donate