Home » JO 1922 : Alice Milliat, première militante féministe de l’univers sportif

JO 1922 : Alice Milliat, première militante féministe de l’univers sportif

Notre série de l’été sur la genèse des Jeux Olympiques et la participation des femmes sportives continue. Focus sur ces athlètes et ces personnalités qui ont façonné l’histoire du sport au féminin à travers la plus belle et internationale des compétitions. Aujourd’hui, plein feux sur Alice Milliat, la première féministe au service du sport féminin

Sommaire

  • Alice Milliat défend le sport pour toutes les femmes
  • 1922, les premiers Jeux Mondiaux Féminins
  • Une reconnaissance tardive

Alice Milliat défend le sport pour toutes les femmes

Tous les quatre ans, nombreux sont ceux qui portent les louanges de Pierre de Coubertin mais qui se souvient d’Alice Milliat (1884-1957) ? Pourtant, sans cette journaliste, sportive accomplie (aviron, natation, hockey sur gazon) et fondatrice du club Fémina Sport en 1915 et de la Fédération des Sociétés Féminines Sportives de France deux ans plus tard, le sport féminin n’aurait pas acquis la légitimité qu’il occupe aujourd’hui. Entre 1915 et 1936, (elle) est la première dirigeante à encourager la pratique sportive pour les femmes en France et à l’échelle internationale”, écrit Florence Carpentier dans un article de 20-21 Revue d’Histoire. Cette jeune provinciale, qu’un séjour londonien va convertir au sport et au féminisme, va se battre pendant vingt ans pour que le sport féminin bénéficie d’une reconnaissance à part entière dans un monde encore dominé par des hiérarques masculins comme Pierre de Coubertin. Ce dernier, soutenu par les fédérations française et américaine, rejette la participation des femmes à l’athlétisme aux JO de 1920. De quel droit de prétendues lumières de la science décrètent-elles en même temps que nombre d’ignorants : « tels exercices conviennent à la femme, tels actes lui sont nuisibles ? » Qui peut le dire avec certitude à l’heure actuelle”, s’indigne-elle. Alice Milliat décide donc d’organiser une compétition d’athlétisme féminin à Monte-Carlo en mars 1921. C’est un succès ! Dans la foulée est créée en octobre la Fédération sportive féminine internationale (FSFI).

Les premiers Jeux mondiaux Féminins

L’athlétisme a alors deux organisations internationales concurrentes : l’IAAF (World Athletics aujourd’hui) pour les hommes et composée uniquement d’hommes, et la FSFI, pour les femmes et composée à la fois d’hommes et de femmes. C’est la FSFI qui lance en août 1922 les Jeux Mondiaux Féminins (initialement appelés les Jeux Olympiques féminins) dont la première édition se tient à Paris. Le succès de la deuxième en Suède en 1926 oblige ainsi le CIO à accepter enfin la participation des femmes aux JO de 1928, même si le nombre de compétitions (5 seulement) et de sportives reste limité : 277 femmes sur 2 883 athlètes au total ! La prédiction d’Alice Milliat, “le sport féminin se propage. Bientôt ses derniers détracteurs n’auront plus qu’à disparaître”, devient enfin réalité. Il y aura en tout quatre éditions des JO féminins, les derniers ayant lieu à Londres en 1934 avec 270 athlètes de 19 pays. Malade et épuisée par ses années de lutte, Alice Milliat abandonne la lutte en 1935, un an avant que la FSFI ne soit dissoute. C’est la fin du rêve d’Alice Milliat d’un sport féminin qui ne serait dirigé que par des femmes.

“Le sport féminin se propage. Bientôt ses derniers détracteurs n’auront plus qu’à disparaître”. Alice Milliat, sportive et fondatrice de la Fédération sportive féminine internationale

Une reconnaissance tardive

Il faudra attendre le milieu des années 2000 pour que la figure d’Alice Milliat soit enfin reconnue. En 2016 une fondation portant son nom est créée afin de promouvoir l’égalité et l’inclusion dans le sport, et cinq ans après, une statue d’Alice Milliat est inaugurée dans les locaux parisiens du Comité national olympique et sportif français, aux côtés de celle de Pierre de Coubertin… Enfin, l’Arena 2 qui sera inaugurée en 1923 et accueillera des épreuves des JO de 2024 portera le nom de cette féministe qui a tant fait pour le sport au féminin.

Un challenge connecté pour faire bouger les lignes

Dès le début des Jeux Olympique de Tokyo 2020, le 23 juillet, la 6ème édition d’un challenge connecté a été lancé par la Fondation Alice Milliat via l’appli Running Heroes. Parrainée par Maxine Eouzan, ancienne gymnaste et journaliste sportive, c’est une course sur parcours libre, ouverte jusqu’au 5 septembre, permettant à tous les runners et runneuses de s’investir pour faire bouger les lignes du sport féminin. Découvrez d’autres portraits de femmes engagées : Charlotte Cooper et Suzanne Lenglen, tennis woman de légende.

Découvrez aussi

Un document unique: un an de Covid19 vu par l’AFP

Marielle Eudes, Directrice de la Photo de l’AFP, et Les Arènes publient "Pandemia, Ce que nous avons vécu". Plus de 420 photos résument un an de pandémie sur to...

Le grand retour de la FIAC avec Jennifer Flay. Entretien

Avec la FIAC au Grand Palais Éphémère sur le Champ-de-Mars du 21 au 24 octobre 2021, Paris devient à nouveau la semaine la capitale internationale de l'art cont...

Le portrait du mois dans Smart Tech: Hélène Huby, à la conquête des étoiles

Retrouvez chaque mois le portrait d'une femme de la tech dans l'émission de Delphine Sabattier, Smart Tech, sur la chaîne B-Smart. Pour celui d'Octobre, Hélène ...

Partager cette publication