Vues du monde: Kim Kardashian devient VC; la taxe rose en France et ailleurs

Kim Kardashian lance SKKY Partners, une société de capital investissement avec Jay Sammons. La taxe rose n'existe pas seulement en France mais dans de nombreux pays, petit tour du monde entre avancées et stagnation.

Sommaire

    • À la conquête d’un nouveau secteur, le capital-investissement
    • Kim Kardashian, une femme « bankable »
    • « S’asseoir avec des fondateurs et comprendre quel est leur rêve »
    • Le capital investissement, c’est quoi ?
    • La taxe rose c’est quoi ?
    • Un dispositif qui fait débat dans le monde
    • L’inflation, signal d’alerte pour certains Etats américains
kim kardashian

Kim Kardashian – ABACAPRESS – Informelles

À la conquête d’un nouveau secteur, le capital-investissement

Quelques semaines après Serena Williams, la star de la télé-réalité a annoncé ce mercredi 7 septembre la création de « SKKY Partners », sa propre société de capital-investissement. Et elle ne le fait pas avec n’importe qui ! Jay Sammons, ancien dirigeant du groupe Carlyle – géant américain du capital investissement – est le cofondateur et sa mère Kris Jenner est « la partenaire » de leur entreprise indique-t-elle sur Twitter.

Kim Kardashian, une femme « bankable »

Jay Sammons, un ami de longue date les aurait approchées l’été dernier pour leur proposer de se lancer dans cette nouvelle aventure. Mais quels sont les atouts de Kim Kardashian pour enfiler une veste d’investisseuse ? Cette femme d’affaires est entrée dans le cercle réduit des milliardaires en 2021 grâce à ses marques KKW Beauty et Skims, avec une fortune estimée alors à 1,8 milliards de dollars selon le magazine Forbes.

Outre ses talents de « business woman », Kim Kardashian a aussi un pouvoir d’influence énorme. Elle est suivie par plus de 329 millions de « followers » sur Instagram et compte plus de 73 millions d’abonnés sur Twitter.

Lire aussi

• Avec son podcast « Archetypes », Meghan Markle déconstruit les préjugés sexistes
• Richesse : est-il plus avantageux d’être une femme célibataire sans enfants ?

« S’asseoir avec des fondateurs et comprendre quel est leur rêve »

Kim Kardashian se montre très enthousiaste à l’idée de financer de nouvelles entreprises. Dans une interview au New York Times, elle déclare ainsi que « la partie excitante est de s’asseoir avec ces fondateurs et de comprendre quel est leur rêve » avant d’ajouter de vouloir les soutenir et les amener à un autre niveau sans changer leur ADN. SKKY Partners compte réaliser son premier investissement avant la fin de l’année.

« La partie excitante est de s’asseoir avec ces fondateurs et de comprendre quel est leur rêve. » Kim Kardashian

Le capital investissement, c’est quoi ?

Pour les novices, le capital-investissement (ou private equity en anglais) est un moyen pour les entreprises non cotées en bourse de lever des fonds. L’investisseur apporte des fonds propres (sans garanties) dans le but de financer leur démarrage, leur développement ou leur cession/transmission. L’intérêt principal des investisseurs est de dégager de la plus-value mais leur participation financière peut également s’accompagner d’un apport de savoir-faire, de leur réseau, etc.

 

taxe rose

Comparatifs des prix des rasoirs marketés hommes et femmes – Collectif Georgette Sand 2014 – Informelles

Face à la grimpée des prix, ces dernières semaines en France, on parle de plus en plus de la taxe rose. Mais la taxe rose c’est quoi au juste ? Et quels sont les pays concernés ?

La taxe rose, c’est quoi ?

La « taxe rose » ou la « pink tax » fait référence à la différences des prix des produits et services genrés, souvent en défaveur des femmes. L’exemple le plus courant est celui des rasoirs de la marque BIC. Jusqu’en 2019, les rasoirs roses marketés pour les femmes étaient proposés à un prix plus élevé que les rasoirs bleus pour homme alors que la seule différence entre les deux produits était la couleur.

Quand on parle de la taxe rose, on parle aussi de la taxe tampon ! En effet jusqu’en 2015, les tampons étaient considérés comme des produits de luxe. L’Etat imposait donc une TVA de 20%. Suite à des revendications de diverses associations – dont l’association Georgette Sand – la taxe a été révisée à la baisse : 5,5%.

Un dispositif qui fait débat dans le monde

Certains pays sont précurseurs sur la question. L’Ecosse est allé plus loin par exemple, en étant le premier pays du monde à rendre gratuits les produits hygiéniques pour femmes. La Colombie et le Mexique, eux ont supprimé les taxes sur les produits hygiéniques. L’Australie, le Canada, l’Irlande, le Kenya ou encore la Tanzanie ont également renoncé à cette TVA.

Mais pour d’autres pays, la question se pose toujours. Il y a encore trois semaines, le gouverneur du Texas a déclaré soutenir le souhait des défenseurs de la santé des femmes à supprimer les taxes sur les produits menstruels. Affaire à suivre donc.

L’inflation, signal d’alerte pour certains Etats américains

Alors que l’inflation actuelle fait grimper le coût des produits de soins périodiques, de plus en plus d’États réduisent la taxe sur ces articles pour alléger le budget des consommatrices et consommateurs. Début août, le Colorado a promulgué une loi exemptant ces produits de la TVA  à partir de l’année prochaine, date à laquelle une mesure similaire sera également appliquée en Iowa. Les consommateurs de Louisiane n’auront pas à attendre aussi longtemps puisque l’Etat a supprimé cette TVA le 1er juillet dernier.

 

 

 

Partager cette publication