Le portrait du mois dans Smart Tech: Solenne Bocquillon, créatrice de Soft Kids

CEO et fondatrice de Soft Kids une appli qui aident les enfants à développer leurs soft skills, Solenne Bocquillon Le Goaziou n’est pas seulement chef d’entreprise, mais elle fait aussi partie du réseau Femmes business angels et elle est secrétaire de l’association Digital Ladies and allies. Portrait du jour dans l'émission Smart Tech de Delphine Sabattier sur la chaîne B-Smart le 13 avril 2022.

Sommaire

  • Une carrière dans les ressources humaines pour un groupe pétrolier
  • Quelles compétences pour le monde de demain ?
  • A l’origine de Soft Kids
  • Qu’est-ce que le développement des soft skills appliquées aux enfants?
  • Sa deuxième activité de business angel

Lors de l’émission Smart Tech de Delphine Sabattier, sur la chaîne B-Smart du 13 avril 2022, présentée par Delphine Sabattier c’est Solenne Bocquillon Le Goaziou, CEO et fondatrice de Soft Kids une appli qui aident les enfants à développer leurs soft skills. Ce qui nous a plus c’est son parcours très atypique et sa triple casquette. En effet Solenne Bocquillon Le Goaziou n’est pas seulement chef d’entreprise, mais elle fait aussi partie du réseau Femmes business angels et elle est secrétaire de l’association Digital Ladies and Allies. Enfin elle écrit et fait du lobbying sur le gender gap dans les financements des startups.  Une femme pleine d’énergie et animée de convictions.

Une carrière dans les ressources humaines pour un groupe pétrolier

Avant d’en arriver là, elle a une carrière tout autre. Après des études en Sciences humaines et notamment en gestion de RH, elle passe presque 13 ans chez Shell, le groupe pétrolier mondial, à différents postes en management RH. Dont le dernier spécialisé dans l’industrie du off shore, une spécificité de Shell qui fait du off shoring in house, dans des pays où la main d’œuvre est moins chère. En 2017 on lui dit qu’on va automatiser un certain nombre de tâches et on lui demande de faire des recherches sur les besoins futurs. Et elle réalise alors que 65% des écoliers feront des métiers qui n’existent pas encore.

Quelles compétences pour le monde de demain ?

Comment faire pour s’adapter à ce monde qu’on ne connaît pas, se dit-elle? Quelles compétences vont être nécessaires pour quels métiers? Sur quoi peut-on s’appuyer lorsque l’avenir est incertain? C’est à ce moment qu’entre en jeu une des caractéristiques du recrutement chez Shell, les soft skills. En plus de valider des diplômes nécessaires pour certains métiers, Shell pose  trois questions subsidiaires pour comprendre ses candidats à un poste. Quel est le projet dont vous êtes le plus fière? Comment avez-vous fait pour collaborer avec des gens différents de vous? et un cas pratique à développer sont les tests sur les soft skills de la compagnie pétrolière.
C’est là que les soft skills émergent: adaptation, curiosité, flexibilité, collaboration, confiance en soi…

A l’origine de Soft Kids

Elle est mère de trois enfants et se dit: mais pourquoi ne pas appliquer ce champ de recherche aussi aux enfants, puisque c’est eux qui devront travailler plus tard? Au même moment, elle est en crèche parentale associative, où elle travaille à la pédagogie et l’éducation de la crèche avec une pédo psy. Son fils ayant été détecté HPI, elle se documente beaucoup sur le sujet.
Tandis que du côté professionnel, elle est en cours de cocréation du programme de mentoring de Shell, un sujet à la fois RH et innovation. Et elle commence à travailler avec des incubateurs parisiens pour détecter des pépites pour Shell.
C’est là qu’elle se dit qu’elle veut changer de parcours. Elle quitte Shell avec un chèque assez conséquent qu’elle met ⅓ dans ma boîte, ⅓ dans d’autres entreprises, ⅓ pour financer sa vie pendant qu’elle monte sa boîte. Elle suit le programme Entrepreneurship d’HEC et se lance  sa startup dans l’Edtech avec au coeur une appli pour développer les softs skills des enfants en français et en anglais, Soft Kids, justement. Celle-ci les aide à cultiver leurs compétences socio-comportementales en famille ou à l’école. Les soft skills c’est quoi au juste? Ce sont les qualités humaines ou liées à la personnalité, comme on vient de le voir. Et on revient au sujet précédent, c’est-à-dire préparer les jeunes d’aujourd’hui à être le plus possible ouverts aux changements de demain.

«  »65% des écoliers feront des métiers qui n’existent pas encore. Comment faire pour s’adapter à ce monde qu’on ne connaît pas ? Quelles compétences vont être nécessaires pour quels métiers? Sur quoi peut-on s’appuyer lorsque l’avenir est incertain? C’est à ce moment qu’entre en jeu les soft skills » . Solenne Bocquillon Le Goaziou, CEO et fondatrice de Soft Kids

Qu’est-ce que le développement des soft skills appliquées aux enfants?

C’est un programme avec des mini-jeux axé sur cinq piliers: confiance en soi, persévérance, esprit critique, gestion des émotions et vivre ensemble/politesse à faire seul ou accompagné des parents.
Pour l’anecdote, un élève pensait que l’esprit critique c’était critiquer les autres. Solenne nous alerte sur les niveaux en soft skills des enfants en chute lorsqu’ils grandissent à cause de l’école qui leur demande de rentrer dans le moule et limite leur créativité. Elle dit d’ailleurs que depuis la pandémie, il y a de vrais enjeux sur ces sujets-là dans l’école primaire et au collège. Avec un bénéfice caché pour tous  quand l’enfant est responsabilisé: il prend confiance en lui et puise ses ressources dans ses compétences acquises, ce qui veut dire moins de charge mentale pour les parents.

Sa deuxième activité de business angel

Solenne n’est pas qu’une entrepreneuse, elle finance aussi d’autres projets que le sien. Ceci dit, elle alerte aussi sur le manque de financements attribués aux femmes, notamment dans son secteur l’Edtech et plus en général dans le digital où les femmes captent seulement 3% des montants alloués aux start ups en 2020, toutes séries et industries confondues. Les femmes portent souvent des projets B2C, comme le sien, qui ont peu d’appétence aux yeux des business angels ou des VC. Elle vient d’ailleurs de signer une tribune sur Forbes à ce sujet.
Néanmoins son entreprise Soft Kids vient d’être citée par Challenges dans le top 100 des startups où il faut investir. Gageons que cela lui porte chance et lui permettre d’avoir l’impact qu’elle souhaite pour changer le monde et les apprentissages.

Retrouvez l’actualité des nouvelles technologies, dans l’émission Smart Tech, conçue et présentée par Delphine Sabattier, toutes les semaines du lundi au vendredi à 11heures la nouvelle chaîne business, B-Smart, présente dans les bouquets Orange, Bouygues et Free ou en replay sur www.bsmart.fr.

 

soutenez informelles Le portrait du mois dans Smart Tech: Solenne Bocquillon, créatrice de Soft Kids

Partager cette publication
Written by Olivia Strigari
Passionnée par les questions sociétales liées à la condition de la femme, en France et dans le monde, par la maternité, l’éducation et les neurosciences, la parentalité au sens large et la santé des femmes et des jeunes enfants, Olivia Strigari a dirigé pendant 5 ans la rédaction web & print de famili et magicmaman au Groupe Marie Claire et assuré des événements tels que la Journée Nationale de l’Infertilité, réunissant les plus grands experts de France et d’Europe, autour de conférences phares très suivies pendant ses 6 éditions. Fin 2020 elle quitte ses fonctions pour lancer Informelles, le média des femmes actives. Auparavant elle avait mis ses compétences et sa soif de découvertes et de grands espaces au services des magazines Hôtel&Lodge en France et en Italie dont elle a assuré la rédaction en chef pendant 7 ans. Elle a oeuvré au lancement de l’édition italienne, à la création des Hôtel&Lodge Awards, un événement porteur dans l’hôtellerie récompensant les meilleurs établissements chaque année, et, enfin, à la digitalisation des contenus. Une carrière de journaliste avant tout, interrompue par une mission de directrice de la communication dans l’agence créative Havas 360, pour repositionner et digitaliser toute la communication de cette entité française du groupe Havas. Spécialisée dans le déploiement de titres plurimédia, elle suit actuellement un cursus de Executive International MBA à l’IAE Paris Sorbonne Business School.