Le Tour de France Femmes remonte en selle

Après plusieurs années d'absence, le Tour de France Femmes revient sur les routes de l’Hexagone ! La compétition se déroulera du 24 au 31 juillet.

Sommaire

    • Tour de France Femmes : un parcours de 1033 km
    • Les néerlandaises dominent le peloton féminin
    • Le Tour de France Femmes : miroir de l’évolution du cyclisme féminin
    • Offrir une plus grande visibilité à la discipline c’est lui donner plus de moyens

Après plusieurs années d’absence, le Tour de France Femmes revient sur les routes de l’Hexagone ! Habituellement, la compétition féminine est courue « en lever de rideau » de l’épreuve masculine mais cette année, l’ordre est inversée. Ainsi, le 24 juillet, soit le même jour que l’arrivée du Tour de France masculin, des cyclistes féminines du monde entier se donnent rendez-vous à la tour Eiffel.

Tour de France Femmes : un parcours de 1033 km

Du 24 au 31 juillet l’épreuve mettra en compétition 144 coureuses réparties dans 24 équipes. En tout, 1033 km à parcourir sur huit étapes dont la première se fera au départ de la tour Eiffel à Paris. Les pelotons parcourront des villes comme Meaux, Provins, Reims ou Troyes avant de terminer à la planche des belles filles – sommet du massif des Vosges – en région Bourgogne-Franche-Comté.

tourdefrance Le Tour de France Femmes remonte en selle

Tour de France Femmes 2022 – Informelles – ©letourfemmes.fr

Les néerlandaises dominent le peloton féminin

Douze nationalités seront représentées et des stars du monde entier participent à la compétition. La championne de France Audrey Cordon-Ragot (Trek-Segafredo), l’Italienne et championne du monde sur route en 2021, Elisa Balsamoou, ou bien l’Anglaise multiple championne du monde Elizabeth Deignan seront toutes là. Les stars néerlandaises seront présentes elles aussi avec avec Marianne Vos (Jumbo-Visma), Annemiek van Vleuten (Movistar Team Women) ou Demi Vollering (Team SD Worx). Ce sont d’ailleurs elles qui -en nombre- dominent le peloton. Parmi les 144 coureuses, 29 sont néerlandaises, soit 20% du peloton. Les Tricolores devraient elles, composer le 2e plus gros contingent avec 23 coureuses, suivie de l’Italie (19) et de la Belgique (9).

Lire aussi

• Uefa Euro 2022 : la première victoire des Bleues saluée dans toute l’Europe
• Six femmes arbitres pour la Coupe du monde 2022 au Qatar
Le Tour de France Femmes : miroir de l’évolution du cyclisme féminin

L’organisateur du Tour de France Femmes, Amaury Sport Organisation (ASO) compte bien offrir plus de visibilité au cyclisme féminin. Un accord a été signé avec les chaînes de France Télévisions et « prévoit la diffusion chaque jour des étapes en direct sur les chaînes gratuites et les plateformes digitales [du groupe] » explique l’ASO.

C’est un pas de plus pour le sport féminin. Pour Marion Rousse, la directrice du Tour de France Femmes et ancienne coureuse, le changement est bien visible. « Moi, quand je participais à des courses, mes parents devaient attendre mon coup de fil le soir parce que les compétitions n’étaient pas diffusées et qu’il n’y avait pas, non plus, les résultats à disposition sur internet. Nous étions vraiment invisibles mais là, enfin, nous allons avoir ce Tour de France qui va pouvoir montrer au monde entier ce que vaut une fille sur un vélo ». explique-t-elle dans une interview à la Française des Jeux.

« Nous étions vraiment invisibles mais là, enfin, nous allons avoir ce Tour de France qui va pouvoir montrer au monde entier ce que vaut une fille sur un vélo. » Marion Rousse, ancienne coureuse française et directrice du Tour de France Femmes

Offrir une plus grande visibilité à la discipline c’est lui donner plus de moyens

La visibilité du cyclisme à la télévision est fondamentale. Elle permet de décrocher des sponsors. Pour lancer son équipe féminine cette année, Cofidis a par exemple débloqué un million d’euros. C’est 13 fois moins que la somme allouée pour l’équipe masculine (passée de 11,5 à 13 millions). Le terrain est donc attractif pour les sponsors qui veulent également donner une image positive à leur marque en participant à la parité sportive.

 

 

Partager cette publication