Les temps forts qui ont fait avancer les droits des femmes en 2021

Cette année 2021 a été marquée par de réelles avancées symboliques pour le droit des femmes. De nombreux textes de loi ont été votés en France, à l'étranger de nombreux pays ont légiféré des changements historiques comme l'accès à l'avortement et les réseaux sociaux ont fait leurs preuves en tant que vecteur de combats égalitaires. Rétrospective.

Sommaire

  • Les dates historiques de l’année pour le droit des femmes en France
  • Les réseaux sociaux, vecteur puissant de la libéralisation de la parole des femmes
  • À l’international, de nombreux pays opèrent des avancées historiques pour les femmes

Les dates historiques de l’année pour le droit des femmes en France

– Le 15 mars : Première convention collective de l’histoire du sport français féminin

Le handball devient le premier sport professionnel féminin français à mettre en vigueur une convention collective. Parmi les évolutions engendrées par ce texte, on remarque le maintien de salaire pendant un an en cas de longue blessure, mais aussi un nombre de jours de congés similaire à celui des hommes (sept). Un vrai renouveau pour le sport professionnel féminin.

– Le 23 mars : Dépôt du projet de loi Rixain au Parlement

La députée LREM Marie-Pierre Rixain et plusieurs de ses collègues déposent un projet de loi visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle entre les sexes. Ce texte instaure une obligation à l’employeur de verser le salaire ou les prestations sociales perçus sur un compte bancaire ou postal dont le salarié ou le bénéficiaire est le détenteur ou le codétenteur. L’objectif est de ne pas priver les femmes de leur indépendance économique, en particulier en cas de séparation. Le texte prévoit également la publication d’ici deux ans d’un index de l’égalité des chances entre les femmes et les hommes par les établissements d’enseignement du supérieur. Le 16 décembre dernier, le Sénat a définitivement adopté la proposition de loi.

– Le 21 avril : Nouvelles législations qui sanctionnent les actes sexuels sur les enfants

À la suite de l’enlèvement de la petite Mia, 8 ans par plusieurs hommes, quatre nouvelles infractions ont été ajoutées au Code pénal pour punir les actes sexuels sur les enfants. Une des évolutions majeures est la création d’une incrimination de viol et d’agression sexuelle lorsque la victime est un mineur de quinze ans. Selon Statista, 80% des mineurs victimes de violences sexuelles en 2018 en France étaient des jeunes filles.

– Le 9 juin : Contre les violences conjugales, de nouvelles mesures pour renforcer la protection des victimes et le suivi des agresseurs mis en place par le gouvernement
De nouvelles mesures ont été prises par le gouvernement après la remise de rapports d’inspection sur les deux féminicides perpétrés les 4 et 20 mai à Mérignac et à Hayange. Elles visent à renforcer la protection des victimes de violences conjugales et à suivre davantage les auteurs de ces violences. Elles prennent en compte le contrôle des acquisitions et la détention d’armes, la création d’un fichier des auteurs de violences conjugales et le renforcement du recours aux bracelets anti-rapprochement. Quelques exemples de ces mesures phares : 3 000 téléphones grave danger sont mis à disposition des juridictions, un plan de renforcement du recours aux bracelets anti-rapprochement est déployé, une instance nationale permettant d’associer régulièrement les associations sur les violences faites aux femmes et aux filles est créée.
– Le 30 juillet : Promulgation d’une nouvelle loi visant à protéger les victimes de violences conjugales

Elle retranscrit les travaux du Grenelle des violences conjugales qui s’est tenu entre le 3 septembre et le 25 novembre 2019. Dorénavant, en cas de violence au sein d’un couple, l’inscription des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes au fichier judiciaire est automatique pour les plus graves. De plus, le harcèlement au sein du couple est maintenant considéré comme une circonstance aggravante.

– Le 2 août : La PMA accessible à toutes les femmes

Après deux ans d’échange au Parlement, la loi relative à la bioéthique élargit la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules. Cette promesse du candidat Macron donne également de nouveaux droits pour les enfants nés d’une PMA. L’ensemble de la PMA est aussi remboursé par l’assurance maladie pour toutes les femmes.

– Le 7 octobre : Remboursement de la contraception accessible jusqu’à 25 ans

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2022 est présenté en Conseil des ministres. Il prévoit le remboursement de la contraception pour toutes les femmes jusqu’à 25 ans. Aujourd’hui, cette prise en charge s’arrête à 18 ans. Sont pris en compte par le gouvernement le coût de la contraception et des actes associés, mais aussi les réponses éventuelles aux consultations et tests biologiques avec les médecins qui prescrivent des contraceptifs.

– Le 20 novembre: Manifestation nationale contre les violences sexuelles et sexistes

5 jours avant la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes, une marche du collectif #Noustoutes est organisée dans toute la France afin de condamner les violences sexuelles et sexistes. À Paris, 50 000 participants ont été recensés par les organisatrices (18 000 personnes ont été dénombrées par la Préfecture de police). Le collectif #NousToutes souhaitait, par cet évènement, rendre hommage et dénoncer l’inaction gouvernementale face aux 220 000 femmes victimes de violences et aux 94 000 femmes violées tous les ans en France.

Les réseaux sociaux, vecteur puissant de la libéralisation de la parole des femmes

– Le 16 janvier: #MetooInceste

À la suite de l’accusation d’inceste de la journaliste Camille Kouchner à l’encontre de son beau-père le politologue Olivier Duhamel, la parole des victimes d’inceste se libère. Le hashtag #MetooInceste diffuse des dizaines de milliers de témoignages de victimes et met la lumière sur un sujet sensible. Selon un sondage Ipsos datant de novembre 2020 pour l’association Face à l’inceste, un Français sur dix affirme avoir été victime d’inceste. 8 victimes sur 10 sont des femmes.

– Le 28 septembre: #Doublepeine

L’activiste féministe Anna Toumazoff relaie sur les réseaux sociaux le témoignage d’une jeune femme victime d’un viol qui aurait été accueillie de manière impromptue par la police de Montpellier lors d’un dépôt de plainte. De cette dénonciation naît le hashtag #doublepeine qui condamne l’inaction policière et le manque d’accompagnement des victimes d’agressions sexuelles et de viol. De nombreux témoignages de victimes affluent sur les réseaux sociaux, notamment Twitter.

– Le 15 novembre: #Metoopolitique

Le journal Le Monde publie une tribune où 285 femmes travaillant dans le milieu politique et universitaire appellent les institutions et les différents partis politiques à « écarter les auteurs de violence sexuelle et sexiste du monde politique ». Le #MetooPolitique apparaît pendant la médiatisation des accusations des victimes de l’ancien ministre Nicolas Hulot.

– Le 8 décembre: #Metoomedias

Le journal Libération met à la une 8 femmes qui accusent le célèbre journaliste Patrick Poivre d’Arvor d’agressions sexuelles. Elles lancent par la même occasion le hashtag #Metoomedias afin de donner un écho à « des femmes et des hommes qui souffrent silencieusement dans ce milieu médiatique » selon Emmanuelle Dancourt, l’une des accusatrices et présidente de l’association #Metoomedias créée à la suite des accusations contre l’ancien présentateur phare.

À l’international, de nombreux pays légifèrent des avancées historiques pour les femmes

– Le 20 janvier : Kamala Harris prête serment et devient la première femme vice-présidente de l’histoire des États-Unis.

Fille d’un immigré jamaïcain et d’une immigrée indienne, Kamala Harris a un parcours rempli d’exploits. Entre 2004 et 2011, elle bride deux mandats de procureure à San Francisco puis est de nouveau élue à deux reprises procureure de Californie entre 2011 et 2017. Elle rallie Joe Biden en mars 2020 après avoir renoncé à la primaire. Le 19 novembre dernier, elle devient la première femme à diriger (temporairement) les États-Unis alors que Joe Biden, hospitalisé, ne pouvait exercer des fonctions. 

– Le 6 mars : Les femmes au coeur du plan de relance d’urgence de Joe Biden

Afin de soutenir financièrement les foyers et les États touchés par la crise sanitaire le Congrès américain à adopter un plan de relance d’urgence à 1900 milliards de dollars. Le coeur de ce projet, ce sont les femmes. Très présentes dans les industries les plus touchées par la pandémie et souvent obligées de s’occuper davantage des enfants que les hommes, les femmes américaines ont subi la crise sanitaire de plein fouet. Le plan de relance devrait faciliter l’accès aux crèches, apporter un soutien financier conséquent et créer des emplois viables et accessibles aux femmes en situation de précarité.

– Les 15 et 16 mai: Une nouvelle assemblée constituante est élue au Chili. Pour la première fois de l’histoire, elle est totalement paritaire.

70 ans après l’obtention du droit de vote, les Chiliennes franchissent un nouveau cap dans l’histoire démocratique de leur pays. L’Assemblée constituante chargée de rédiger la nouvelle Constitution du pays a été élue et elle est totalement paritaire. Le mouvement féministe chilien célèbre cette révolution alors que 35 des 155 députés du Parlement sont actuellement des femmes. 

– Le 15 juin : MacKenzie Scott, l’ex-femme de Jeff Bezos, fait une donation record

2,739 milliards de dollars. C’est le montant distribué par MacKenzie Scott, richissime philanthrope américaine à des associations « historiquement sous-financées et négligées« . L’art, l’éducation, les luttes contre les discriminations … tous ces domaines seront impacté par l’investissement financier de l’ancienne femme du fondateur d’Amazon. C’est la plus grande donation annuelle par une personne vivante.

– Le 1er juillet : Allongement du congé paternité

20 ans après l’instauration du congé paternité, une nouvelle étape est franchie par l’exécutif français. La durée du congé du père ou futur père est doublée, passant à 25 jours de congé plus 3 jours de naissance, soit 28 jours au total contre 11 jours de pause et jusqu’à 28 en cas de naissances multiples initialement. Le gouvernement souhaite favoriser l’implication des pères dans la jeune vie de leurs enfants, mais aussi soutenir les mères dans la période post-accouchement.

– Le 4 juillet : Une femme Mapuche à la tête de la nouvelle Assemblée Constituante

La linguiste Élisa Loncon, Mapuche de 58 ans, a été élue le 4 juillet à la tête de l’Assemblée constituante chilienne. Le défi de Loncon et de l’Assemblée, totalement paritaire, est de rédiger une nouvelle Constitution pour remplacer l’actuelle, héritée de la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990).

– Le 4 juillet : Première ordination d’une femme rabbin en France

Pour la première fois, une femme a été ordonnée rabbin en France. Elle s’appelle Iris Ferreira, elle a 29 ans et elle officie à l’Union juive libérale de Strasbourg. La « semikha » (transmission de l’autorité rabbinique) d’Iris Ferreira s’est faite à Paris par le hasard des choses. Initialement, elle devait avoir lieu à Londres mais les restrictions sanitaires n’étant pas favorable la cérémonie a finalement eue lieu à Paris.

– Le 6 juillet : Au Canada, une femme inuite nommée Gouverneure générale

Mary Simon, 74 ans devient la première femme issue d’un groupe autochtone à accéder à cette fonction. Cette Inuite originaire de Kangiqsualujjuaq, un village à l’est du Canada est également animatrice de radio, chancelière d’université et diplomate. Ce nouveau statut lui permettra de faire valoir les engagements personnels qu’elle mène à bras le corps: la préservation des cultures et la défense de l’environnement.

– Le 23 juillet: Lancement des Jeux olympiques de Tokyo. Ce sont les premiers Jeux Olympiques de l’histoire à afficher une quasi-parité entre hommes et femmes en compétition.

49% des athlètes présents aux Jeux olympiques de Tokyo 2021 étaient des femmes. 121 ans après la première participation de femmes à des JO, une nouvelle révolution est orchestrée par le Comité International Olympique. Sont dénombrées également 18 épreuves mixtes lors de cette édition 2021, 9 de plus qu’à Rio en 2016. Première également pour les 206 Comités Nationaux olympiques qui comptent une athlète et un athlète dans leurs équipes olympiques.

– Le 7 août : Allyson Felix, dans la légende du sport olympique

Pour sa cinquième participation olympique, l’athlète américaine est devenue l’athlète féminine la plus médaillée de l’histoire des Jeux Olympiques, à 35 ans. Allyson Felix comptabilise 7 médailles d’or, 3 médailles d’argent et 1 de bronze. Lors des derniers JO de Tokyo, elle décroche une 11e médaille d’or sur le relais 4×400 mètres, et une médaille de bronze au 400 mètres.

– Le 7 septembre: La Cour suprême du Mexique juge inconstitutionnelle la criminalisation de l’avortement. Les Mexicaines de tout le pays peuvent dorénavant accéder à l’IVG.

Des peines pouvant aller jusqu’à trois ans de prison. C’est auparavant ce que pouvaient encourir les femmes qui se faisaient avorter au Mexique. Depuis le 7 septembre dernier et une décision unanime de la Cour Suprême du pays, ce temps est révolu. Cette décision permet aux femmes résidantes dans des États où l’avortement est criminalisé d’avoir accès à l’IVG sur décision d’un juge. 

– Le 26 septembre: La suisse autorise le mariage pour tous.

Les couples homosexuels pouvaient déjà être liés par un pacte civil dorénavant ils peuvent se marier et accéder à la PMA. Cette nouvelle loi faisait l’objet d’un référendum citoyen. 64% des Suisses se sont dits favorables à cette mesure.

– Le 29 septembre: Najla Bouden devient la première femme cheffe de gouvernement dans un pays du monde arabe.

L’universitaire est devenue, à la fin du mois de septembre, la Première ministre de la Tunisie. À 63 ans, la native de Kairouan, au nord du désert tunisie,n a été chargée de former un nouveau gouvernement. Inconnue avant cette nomination, Najla Bouden était, depuis 2016, chargée de la gestion d’un projet subventionné par la Banque mondiale pour réformer l’enseignement supérieur en Tunisie.

– Le 19 novembre: La Nasa annonce que l’astronaute afro-américaine Jessica Watkins sera à bord du prochain vol vers l’ISS.

À 33 ans, Jessica Watkins est sélectionnée dans l’équipe Artemis, dont l’objectif est d’amener un équipage sur le sol lunaire d’ici 2025. La native du Maryland devient la première femme noire à rejoindre la Station spatiale internationale. Durant son séjour au sein de l’ISS, dont le départ est prévu en avril 2022, Jessica Watkins sera en charge de missions techniques et médicales. Watkins espère que cela servira d’exemples pour les enfants racisés.

– Le 30 novembre: Joséphine Baker est introduite au Panthéon

Lors d’une cérémonie historique, le président Emmanuel Macron a rendu hommage à une figure féminine exceptionnelle du XXe siècle. Arrivée en France en 1925 en provenance des États-Unis, Joséphine Baker s’impose d’abord en tant qu’icône de la culture music-hall en France avant de s’engager auprès des forces armées françaises pendant la Seconde Guerre mondiale. Véritable exemple d’intégration, elle devient la sixième femme à entrer au Panthéon, la première femme noire.

– Le 7 décembre : Le Parlement chilien se prononce en faveur du mariage entre personnes du même sexe.

Le Chili devient le septième pays sud-américain à légaliser le mariage pour tous après le vote du Parlement le 7 décembre dernier. Le projet de loi a été déposé en 2017 à l’initiative de l’ex-présidente socialiste Michelle Bachelet. Toutefois, les couples homosexuels n’ont pas encore reçu l’autorisation d’exercer la PMA au Chili.

– Le 8 décembre : Angela Merkel n’est plus la chancelière de l’Allemagne

Après seize ans de bons et loyaux services, Angela Merkel a laissé sa place de chancelière à Olaf Scholz le 8 décembre dernier. Durant ses 16 ans de mandat, la native d’Hambourg est parvenue à briser le plafond de verre et à devenir un vrai rôle modèle pour de nombreuses jeunes filles. L’une de ses actions majeures pour l’équité est probablement l’adoption du mariage entre personnes de même sexe, en 2017.

– Le 9 décembre : Amélie Mauresmo et Susan Arnold à la tête de grandes institutions

L’ex-N.1 mondiale de tennis, Amélie Mauresmo, a été nommée directrice de Roland Garros, le 9 décembre dernier. Dans le même temps, la femme d’affaires Susan Arnold annonce qu’elle dirigera le conseil d’administration de Disney d’ici la fin de l’année 2021. Ces deux institutions du paysage culturel français féminisent pour la première fois leur comité de direction, un souffle nouveau dont devraient s’inspirer les grandes industries françaises.

Partager cette publication