Lire, voir, écouter: les trois choix d’Informelles ce week end du 27 novembre

Un pamphlet féministe par Reine Prat, une artiste poétique, Claire Morgan, et un podcast qui dévoile nos secrets intimes: voici la nouvelle sélection de la rédaction d'Informelles pour égayer ce week end de fin d'automne. Artistes, journalistes, auteures, réalisatrices... découvrez la culture sous un autre jour.

Sommaire

  • Lire : un pavé dans la culture. Les femmes avec date de péremption
  • Voir : l’artiste et le temps dilaté de la pandémie. Une œuvre singulière et poétique
  • Ecouter: fric, oseille, pognon… ou Thune, le podcast et l’argent

Lire

Un pavé dans la culture

Préfacé par Geneviève Fraisse, le nouvel opus de Reine Prat, “Exploser le plafond, précis de féminisme à l’usage du monde de la culture”  décortique le fonctionnement des différentes maisons de la culture (cinéma, danse, théâtre, festivals…)  en France. Après deux rapports sur la question de l’égalité, elle synthétise et met à jour les avancées de l’intégration, ou pas, des femmes dans cet univers hétéro normé, encore dirigé massivement par des hommes. Paru dans la collection “Les incisives”, le volume de cette inspectrice de la création, des enseignements artistiques et de l’action culturelle, fait grincer des dents et rappelle les bases. L’expression de la langue française soumise au verbe patriarcal, intimement liée à l’Histoire et à la position de la femme dans la vie politique et culturelle française. Les liens entre sexisme et racisme qui procèdent des mêmes intentions et préfigurent les mêmes exclusions. La création phagocytée par des règles et des diktats, dont Reine Prat détaille le vocabulaire très parlant,- disciplines, normes, codes, conservatoire…-  le tout avec un foisonnement de citations qui en disent long sur ses références littéraires. 

Les femmes avec date de péremption

En évoquant le scandale de Polanski, elle explique que  “le monde du théâtre (ou du cinéma) a une responsabilité essentielle dans la fabrication des stéréotypes”, en cela que “les arts de la scène sont des arts de la représentation”. Et donc de la perpétuation d’un modèle patriarcal qui gangrène toute la culture française où peu de femmes émergent dans les hautes sphères et dont la durée de “vie publique”, sur scène notamment, est indexée sur le fait qu’elles sont ou “ne sont plus baisables”. Bref, Reine Prat  questionne, par autant de chapitres, un monde qu’elle connaît si bien. Enfin elle met les deux pieds dans le plat, sans ménagement, et balaie des solutions finales qui pourraient être, aussi, radicales. 

 “Exploser le plafond, précis de féminisme à l’usage du monde de la culture”, Edition Rue de l’échiquier 12€

​​A noter que l’éditeur propose aussi un inédit pack de lecture “Girl Power”

« “La preuve raconte nous emmène bien au delà  d’une simple dénonciation, ou d’une évidente réclamation des présences, de places, de directions d’institutions. La preuve raconte les empêchements à fabriquer de l’égalité” Geneviève Fraisse, en préfaçant « Briser le plafond’ de Reine Prat

Voir 

L’artiste et le temps dilaté de la pandémie

Claire Morgan, “A tentative strategy for a renewal, or, wanting to tell you everything and then changing my mind” à la galerie Karsten Greve (5 rue Debelleyme 75003 Paris).

La galerie Karsten Greve accueille jusqu’au 23 décembre une exposition de l’artiste Claire Morgan, née à Belfast en 1980. Elle expose des œuvres récentes de 2021 ainsi que des dessins au fusain de 2020. “Même si les pièces exposées n’ont pas forcément un rapport direct avec le COVID, la pandémie m’a donné du temps, cela m’a été très utile. Pour la première fois, je n’avais pas de contrainte de délai », explique l’artiste de passage à Paris. 

Une oeuvre singulière et poétique

Une œuvre spectaculaire accueille les visiteurs à l’entrée : l’on y voit une gigantesque défense d’éléphant cohabitant avec une installation de graines de chardon. “On pense que la défense est un symbole de violence mais finalement les éléments comme le chardon peuvent aussi se révéler très puissants à l’instar de ces racines qui transpercent le béton », remarque Claire Morgan qui joue sur la relation entre force et vulnérabilité. Dessins, installations avec des animaux, esquisses, l’exposition nous entraîne dans l’univers très personnel de l’artiste et se conclut avec une sculpture intitulée Snag, une défense en céramique sur laquelle sont disposés des restes d’animaux que Claire Morgan a trouvés dans la nature. 

Chaque pièce ouvre des champs infinis d’interprétation. C’est d’ailleurs ce que souhaite Claire Morgan qui avoue elle-même qu’il lui est “difficile de donner une explication car mon point de vue change souvent. Ce que je veux c’est que chacun apporte sa propre interprétation sur mon travail ». 

La Moderne Galerie du musée de la Sarre consacre également une rétrospective à Claire Morgan (Joy in the Pain)  jusqu’en février 2022.

 

Ecouter

Fric, oseille, pognon…ou Thune: le podcast et l’argent

Il y a 45 ans, ABBA se demandait : “Tout ce que je pourrais faire / si j’avais un peu d’argent / c’est un monde de riches”. Plus récemment, Laurence Vély avait lancé le podcast Thune, explorant notre relation à l’argent au travers d’interviews passionnantes. Rejointe par Anna Borel, elle décide de relancer Thune et les deux journalistes s’attaquent à « l’un des derniers tabous de notre société » en interrogeant nos contemporain.e.s sur leur “rapport intime à l’argent » : un retraité du poker professionnel, un ancien pauvre devenu riche, une féministe indépendante et dépendante, Melody, prostituée et dominatrice BDSM, spécialiste du shibari -l’art du ligotage et du bondage japonais- et le dernier épisode est consacré à un châtelain face à un gouffre financier : le château familial… Et vous, quel est votre rapport à la thune ? 

https://podcasts.audiomeans.fr/thune-ec60b23b29bf

 

soutenez informelles Lire, voir, écouter: les trois choix d’Informelles ce week end du 27 novembre

Partager cette publication
Written by Olivia Strigari
Passionnée par les questions sociétales liées à la condition de la femme, en France et dans le monde, par la maternité, l’éducation et les neurosciences, la parentalité au sens large et la santé des femmes et des jeunes enfants, Olivia Strigari a dirigé pendant 5 ans la rédaction web & print de famili et magicmaman au Groupe Marie Claire et assuré des événements tels que la Journée Nationale de l’Infertilité, réunissant les plus grands experts de France et d’Europe, autour de conférences phares très suivies pendant ses 6 éditions. Fin 2020 elle quitte ses fonctions pour lancer Informelles, le média des femmes actives. Auparavant elle avait mis ses compétences et sa soif de découvertes et de grands espaces au services des magazines Hôtel&Lodge en France et en Italie dont elle a assuré la rédaction en chef pendant 7 ans. Elle a oeuvré au lancement de l’édition italienne, à la création des Hôtel&Lodge Awards, un événement porteur dans l’hôtellerie récompensant les meilleurs établissements chaque année, et, enfin, à la digitalisation des contenus. Une carrière de journaliste avant tout, interrompue par une mission de directrice de la communication dans l’agence créative Havas 360, pour repositionner et digitaliser toute la communication de cette entité française du groupe Havas. Spécialisée dans le déploiement de titres plurimédia, elle suit actuellement un cursus de Executive International MBA à l’IAE Paris Sorbonne Business School.