#MeTooPolitique : trois élues locales sur quatre confrontées au sexisme lourd

Une enquête sur les violences sexistes à l’encontre des femmes en politique a été menée par l'association Elues Locales qui a délivré ses résultats vendredi dernier. Près de mille femmes y ont répondu et le constat est sans appel au sujet des comportements sexistes récurrents. Décryptage.

Sommaire

  • Des comportements sexistes décomplexés
  • Des conséquences dévastatrices
  • Un manque de protection

Crée en 2012 par Julia Mouzon, Élues Locales est le premier réseau national de femmes élues agréée par le ministère de l’Intérieur. Sa mission principale est d’encourager la féminisation de la vie politique et de soutenir toutes les femmes qui s’engagent dans un mandat local. Alertée par plusieurs élues et par le lancement du #mepolitique, l’association a mené une enquête sur les violences sexistes à l’encontre des femmes en politique du 15 Octobre au 25 Novembre 2021. Près de mille élues locales (966 exactement) y ont répondu.

Des comportements sexistes décomplexés

A l’occasion la 10e Journée Nationale des Femmes Élues, vendredi 3 décembre, cette enquête  à l’échelle des collectivités territoriales a été publiée. A travers cette étude, 74% des participantes indiquent avoir déjà subi des comportements sexistes durant leur mandat. Ces agissements se matérialisent de différentes manières : blagues, harcèlement, menaces, violences.

40% d’entre-elles déclarent avoir été victimes de blagues humiliantes ou de remarques sexistes. 20% indiquent avoir reçues des remarques désobligeantes sur leur physique les réduisant à l’exigence d’être attirantes. 5% ont été victimes de harcèlement et 1% d’entre-elles indiquent avoir déjà été frappées. Des chiffres forts qui mettent exergue l’omniprésence du sexisme dans la politique française. « Nous soulevons régulièrement des faits constatés dans nos instances communales et communautaires : mains baladeuses, remarques sexistes… Ces comportements sont banalisés, justifiés par « le côté tactile » ou « c’est comme ça, c’est sa façon d’être ». Malgré des remontées aux instances compétentes, aucune prise en compte, aucune réaction. Jusqu’à quand ces élus se sentiront ils tout puissants, intouchables ? », dénonce Peggy Plou, Vice-Présidente de la Communauté de Commune de Gâtine Racan (37) dans le communiqué de presse d’Elues Locales.

Des conséquences dévastatrices pour les femmes en politique

23% des participantes interrogées connaissent une femme ayant abandonné la politique du fait de ces comportements et 28% des participantes indiquent y avoir également déjà songé. Par ailleurs, on constate une importante inégalité des hommes et des femmes dans la sphère politique. Souvent en minorité, écartées ou empêchées dans l’exercice de leurs fonctions, près de la moitié des femmes interrogées ne se sentent pas légitimes dans leur poste d’après l’enquête.L’inégale répartition des élues dans les délégations est sans appel : enfance, culture, social et communication arrivent en tête avec 39%, loin derrière les transports, la sécurité (6%) ou l’énergie (0%).

« Aucune procédure de signalement n’est mise en place, comme une cellule d’écoute par exemple, pour pouvoir engager par la suite des mesures pénales« . Julia Mouzon, fondatrice de l’association Elues locales

Un manque de protection

La moitié des femmes indiquent avoir rapporté des comportements sexistes à leur service RH ou à leur responsable politique néanmoins, des mesures ont été employées pour seulement 10% de ces plaintes. A la question : « Avez-vous, dans le cadre de vos fonctions politiques, reçu une information de la part de votre structure sur le sexisme et le harcèlement sexuel ? » 82% d’entre elles répondent par la négative. « Ce chiffre est révélateur du phénomène : au-delà des comportements sexistes, aucune procédure de signalement n’est mise en place, comme une cellule d’écoute par exemple, pour pouvoir engager par la suite des mesures pénales », regrette Julia Mouzon, fondatrice du réseau Elues locales.

À horizon 2022, le réseau Élues Locales lancera une formation sur les outils juridiques pour permettre aux femmes de se défendre contre les comportements sexistes.

soutenez informelles #MeTooPolitique : trois élues locales sur quatre confrontées au sexisme lourd

Partager cette publication