Oksana Lyniv, première cheffe d’orchestre au festival de Bayreuth

Au cours du festival de Bayreuth, vieux de 145 ans, Oksana Lyniv a été la première femme à diriger un orchestre lors d’une représentation. Un moment historique pour un des rendez-vous annuels incontournables du répertoire classique.

Sommaire

  • Une petite révolution
  • Des femmes sous-représentées
  • Cheffe d’orchestre et concertiste brillante

Une petite révolution

L’Ukrainienne Oksana Lyniv a ouvert le festival Bayreuth 2021, dimanche 25 juillet, en présence de la chancelière allemande Angela Merkel, friande des opéras wagnériens. Pour cette première, elle dirigeait les musiciens lors de la représentation en trois actes de l’opéra de Richard Wagner, Der fliegende Holländer (“Le vaisseau fantôme”).

C’est la première fois en 145 ans qu’une femme est à la tête d’un orchestre dans ce festival créé par le même Wagner. Les places y sont rares puisque la demande est dix fois supérieure à l’offre de tickets. L’opéra sera rejouée à 7 reprises entre le 25 juillet et le 20 août.

“Il est très difficile de se faire une place parmi les chefs d’orchestre de classe internationale. Pour une femme c’est dix fois plus difficile” Oksana Lyniv

Des femmes sous-représentées

Olyrix, le média de l’opéra lyrique titre en avril 2021: “Festival de Bayreuth 2021 : entre (r)évolutions et interrogations ». L’annonce d’Oksana Lyniv dans la programmation a fait beaucoup parler. Les femmes sont en effet sous-représentées dans des postes tels que la direction d’orchestre d’après le rapport « Où sont les femmes ?” de la SACD en 2016. On compte seulement 4 % de cheffes d’orchestres en 2017  d’après les chiffres de France musique.

C’est un métier ultra exigeant et ultra élitiste qui demande une rigueur sans faille, d’autant plus pour les femmes qui sont encore très minoritaires. Oksana Lyniv en a bien conscience. “La compétition est ardue même pour les jeunes chefs d’orchestres hommes. Il est très difficile de se faire une place parmi les chefs d’orchestre de classe internationale. Pour une femme c’est dix fois plus difficile”, déclare-t-elle dans une interview en juin 2019.

 

Oksana Lyniv

Angela Merkel au Festival de Bayreuth / Photo: Daniel Karmann/dpa /ABACAPRESS.COM

Cheffe d’orchestre et concertiste brillante

Oksana Lyniv est née en 1978 dans une famille ukrainienne de musiciens et de chefs de chorale. Elle étudie dès son plus jeune âge le piano, la flûte, le violon et le chant. A 16 ans, elle dirige déjà son premier orchestre ! Cette expérience confirme sa vocation de musicienne professionnelle. Elle poursuit ensuite sa formation en tant qu’étudiante et assistante du chef d’orchestre au Théâtre de Lviv puis, en 2003, elle devient cheffe principale invitée (“principal guest conductor”) du Leopolis Chamber Symphony Orchestra basé à Lviv en Ukraine.

“Je suis très heureuse de faire partie des leaders de cette profession” Oksana Lyniv

Elle se perfectionne ensuite à l’Académie de musique de Dresde puis devient adjointe du directeur musical du Théâtre national d’Odessa. Elle fonde un orchestre de jeunes musiciens en Ukraine. Elle a dirigé plusieurs productions à Munich, dont la création de The Flood de Boris Blacher, La Clémence de Titus, Le Comte Ory, La Traviata, La Chauve-souris, Albert Herring, Lucia di Lammermoor, Mauerschau de Hauke Berheides, Ariane à Naxos, Lady Macbeth de Mzensk, ainsi que La Pucelle d’Orléans au Theater an der Wien dans la mise en scène de Lotte de Beer.

Elle dirige pour la première fois en 2017 Le Vaisseau fantôme. Elle est nommée directrice musicale de l’Opéra et de l’Orchestre Philharmonique de Graz en 2017-2018. Elle se produit également avec l’Orchestre Philharmonique de Graz au Musikverein de Vienne. Pour elle, le genre compte peu, seuls le talent et le travail importent : « Nous devons cesser de penser à des cadres aussi anciens que le sexe. Il faut penser penser à l’individualité, améliorer notre travail et nos talents ». Oksana Lyniv ne cache pas sa fierté face à ce parcours exemplaire : “Je suis très heureuse de faire partie des leaders de cette profession”. Une femme prometteuse à suivre…

 

Partager cette publication