« Préparez-vous pour la bagarre », le livre qui épingle sexisme et médias

Traitement inégal, mots complaisants, euphémismes… Le compte Instagram de Rose Lamy dénonce le sexisme ordinaire depuis trois ans. Elle publie aujourd’hui un livre du même nom que son Insta, "Préparez-vous pour la bagarre. Défaire le discours sexiste dans les médias" aux éditions JC Lattès.

Sommaire

  • Un crime qui marque les esprits
  • Quand la victime change de camp
  • Un compte Instagram pour traquer le sexisme dans les médias
  • Le sexisme ordinaire

Traitement inégal, mots complaisants, euphémismes… Le compte Instagram de Rose Lamy dénonce le sexisme ordinaire depuis trois ans. Elle publie aujourd’hui un livre du même nom que son compte Insta, « Préparez-vous pour la bagarre. Défaire le discours sexiste dans les médias » aux éditions JC Lattès.

Un crime qui marque les esprits

Ce n’est pas tant que le discours soit sexiste mais que le plus souvent il passe inaperçu dans les médias… pour Rose Lamy (pseudonyme), ancienne communicante en gestion de crise, Il y a mille et une manières plus ou moins subtiles par lesquelles leurs mots donnent des circonstances atténuantes au coupable et font « des victimes de féminicides des citoyennes de seconde zone ». L’auteur raconte qu’elle a tout juste 19 ans quand elle apprend l’assassinat à la télévision de Marie Trintignant par le chanteur Bertrand Cantat. Les mots des médias tels qu’« un accident qui se serait produit lors d’une dispute conjugale ayant mal tourné » minimisent déjà les faits… pourtant clairs : dix-neuf coups traumatisants, dont sept au visage, ont provoqué le coma, puis la mort de Marie Trintignant. A la question de qui les a portés ? Bertrand Cantat reconnaitra sa culpabilité. Ce qui n’empêchera pas l’entourage du chanteur ultra médiatique de publier une tribune au Monde en soutien à ce « compagnon qui a besoin de retrouver son honneur».

soutenez informelles "Préparez-vous pour la bagarre", le livre qui épingle sexisme et médias

Quand la victime change de camp

Rose Lamy pose une autre question : « si cet homme est le saint, voire le martyr que décrivent ses amies, qu’avait donc fait Marie Trintignant pour qu’il la tue ? » Car c’est bien la question qui s’impose progressivement dans le discours médiatique.  Ainsi -raconte-t-elle- on observe qu’au fil des jours, les médias « révèlent » que Marie Trintignant a eu quatre enfants de pères différents, qu’elle boit et qu’elle se drogue. La victime change de camp… et pour notre auteure aujourd’hui âgée de 37 ans, défaire les idées reçues autant qu’« explorer les racines de ce discours – les mythes, les croyances, le sens des mots, les traditions corporatistes, l’intériorisation des lois –, pour en défaire les mécanismes et nous en libérer» deviendra un combat .

Un compte Instagram pour traquer le sexisme dans les médias

Ainsi depuis 2019 elle décrypte dans les médias tous les indices des manifestations du sexisme sur son compte Instagram « Préparez-vous pour la bagarre ». Avec 198 000 abonnés, sa traque -sans relâche- est devenue incontournable sur la toile. « J’ai progressivement réalisé que le discours médiatique contre les femmes n’était ni accidentel ni anecdotique… Les mots qu’on décide de lancer dans l’espace public à un haut niveau d’influence ne sont jamais laissés au hasard », explique-t-elle dans le livre « Préparez-vous pour la bagarre. Défaire le discours sexiste dans les médias » qu’elle vient de publier aux édition Lattès. Aussi instructif que militant, l’ouvrage met en lumière l’idée principale selon laquelle combattre le sexisme consiste à combattre la violence à l’égard des femmes.

« J’ai progressivement réalisé que le discours médiatique contre les femmes n’était ni accidentel ni anecdotique… Les mots qu’on décide de lancer dans l’espace public à un haut niveau d’influence ne sont jamais laissés au hasard. » Rose Lamy, auteure

Le sexisme ordinaire

Et de rappeler qu’au fond personne n’a conscience d’être sexiste, car le « sexisme ne dit jamais son nom » rappelle-t-elle. « Ce système, qui repose sur la séparation binaire des genres et sur la domination du groupe des hommes sur celui des femmes, est au coeur de nos vies sociales et intimes, entraînant un continuum de violences. Des violences verbales (injures, stigmatisation, blagues), des violences sexuelles (harcèlement sexuel, agressions, viols), des violences sociales et politiques (inégalité de salaire, absence de parité), et, dans son expression la plus définitive, le féminicide ». Au fil des pages elle aborde ainsi la question d’être crue pour les femmes qui -si elles hésitent moins grâce au mouvement #metoo à dénoncer- prennent toujours « le risque subir un nouveau traumatisme, peut-être encore plus dévastateur encore : que notre parole ne soit pas entendue ». Une injustice qui en appelle une autre… celle du bon profil avec dans l’inconscient collectif des victimes et des accusés qui ne correspondent pas toujours au profil : « Si une femme qui n’est pas une oie blanche sortie d’un couvent ne peut être victime, un homme qui ne correspond pas au profil du violeur ou de l’agresseur ne peut être coupable non plus ».

Albert Camus écrivait sur le pouvoir des mots cette phrase que l’auteure a faite sienne: « mal nommer un objet c’est ajouter au malheur de ce monde». Un livre de chevet désormais.

Preparez vous à la bagarre Lattès "Préparez-vous pour la bagarre", le livre qui épingle sexisme et médias« Préparez-vous pour la bagarre. Défaire le discours sexiste dans les médias »  de Rose Lamy aux éditions JC Lattès

Partager cette publication