Sissy MUA, reine du fitness et de la nutrition en France

Véritable référence dans le monde du fitness, Sissy MUA compte aujourd'hui plus de 3 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux. Mais qui est cette influenceuse qui a mis au pas toutes les it-girls pendant les confinements? A 10 ans de son lancement, la rédaction Informelles s’est intéressée à son parcours. Portrait d’une femme inspirante.

Sommaire

  • Pionnière dans le fitness virtuel féminin
  • Un long parcours et une détermination sans faille
  • Un confinement actif
  • Sissy MUA, à l’assaut du marché du streaming vidéo
  • Cheffe d’entreprise en duo
  • Le dépassement de soi, une philosophie de vie

Elle a mis près de 10 ans à faire décoller sa carrière et compte aujourd’hui plus de 3 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux. Véritable référence dans le monde du fitness, la créatrice de contenu et cheffe d’entreprise Sissy MUA a dû apprendre à monétiser son audience. La rédaction Informelles s’est intéressée à l’une des fitness girls les plus influentes de France. Portrait d’une femme inspirante.

 

sissy mua

Sissy MUA, la cheffe de file du fitness et de la nutrition en France @instagram @sissymua

 

Pionnière dans le fitness virtuel féminin

Sissy MUA, de son vrai nom Célia Léo, est une vidéaste, fitgirl et influenceuse française. Elle se fait connaître sur YouTube et sur Instagram grâce à ses vidéos de fitness, d’alimentation et de lifestyle.

A l’origine elle réalise des vidéos tuto de make-up et prend le pseudonyme Sissy MUA, où MUA signifie Make-Up Addict. Elle fait ses études à l’Université Technologique de Compiègne, où elle obtient un diplôme d’ingénieur en génie agroalimentaire. C’est lors d’un semestre d’échange au Brésil en 2014 que Sissy a le déclic de tourner des vidéos de fitness et d’alimentation. A l’époque, en France, personne ne s’empare du sujet. Elle explique dans le podcast « Championnes du monde » de la chaine Eurosport, qu’en France « le fitness était encore un milieu très masculin ». C’est au brésil qu’elle découvre le milieu du fitness sur les réseaux sociaux : « Le Brésil a une forte influence américaine. C’est une pratique (le fitness) qui était déjà très présente aux Etats-Unis, alors qu’en France on ne l’avait pas encore découvert » ajoute-t-elle.

Un long parcours et une détermination sans faille

Sissy MUA se livre sur son parcours dans une vidéo intitulée « Devenir cheffe d’entreprise, la meilleure décision de ma vie ». Elle explique que réaliser des vidéos sur YouTube n’a pas été rentable pendant plusieurs années mais, qu’au fil du temps, on lui proposait des partenariats rémunérés qui lui ont permis d’investir dans des équipements audiovisuels, afin de proposer un contenu qualitatif à ses abonnés. Pour se lancer, elle démarre sous le statut de micro entreprise puis elle passe au statut de société. Quelques années plus tard elle monte la société TISSY avec son compagnon Tini. Ensemble ils créent l’application TrainSweatEat ou TSE qui propose du coaching en musculation, en fitness et en nutrition.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par TRAINSWEATEAT 💦 (@teamtrainsweateat)

 

Un confinement actif

Mais sa carrière s’accélère pendant le confinement où la jeune femme, très active, propose des entrainements quotidiens en live sur sa chaîne YouTube. Le nombre de personnes connectées dépassent parfois la barre des 80 000 « l’équivalent d’un stade de France » s’étonne-t-elle dans le podcast de la chaine Eurosport. Un score d’autant plus impressionnant quand on sait que la jeune femme n’avait pas autant d’engouement à ses débuts « A l’époque j’avais 300 abonnés et pourtant je n’ai jamais rien lâché » s’est-elle confiée au magazine Ô.

Aujourd’hui, elle se dresse à la seconde place des fitgirls françaises les plus suivies sur Instagram avec 1,5 millions d’abonnés après JujuFitcats (2,8 millions d’abonnés).

Sissy MUA, à l’assaut du marché du streaming vidéo

Sissy MUA a commencé il y a dix ans, elle explique ne pas avoir été rentable durant près de 6 ans. Pourtant elle n’a pas hésité à miser sur du contenu qualitatif. Elle en parle dans le podcast Championne du monde « Il faut savoir donner avant de recevoir, même quand je n’avais pas les moyens je faisais appel à des vidéastes ». Un principe que la créatrice de contenu a bien compris puisque, comme l’explique Nicola Ricca, coach Youtube et expert en marketing digital, dans une vidéo sur la réussite de Sissy, « Youtube est un marathon et non un sprint. Ce sont les efforts cumulés qui porteront leur fruits ». Il ajoute : « votre boulot n’est pas de monétiser votre contenu mais de créer un contenu d’une qualité telle que les abonnés ne pourront plus se passer de vous. Plus votre audience grandit, plus les opportunités de monétiser le contenu deviendront évidentes ».

« Il faut savoir donner avant de recevoir, même quand je n’avais pas les moyens je faisais appel à des vidéastes » Sissy MUA

Cheffe d’entreprise en duo

Depuis la sortie de son application TrainSweatEat, Sissy MUA continue malgré tout de proposer du contenu gratuitement sur sa chaîne YouTube. Elle porte alors deux casquettes, celle de créatrice de contenus et celle de cheffe d’entreprise.

La création de l’application s’est focalisée sur la démocratisation du fitness. En effet, l’entrepreneure souhaite élargir son offre aux femmes enceintes ou aux personnes en surpoids par exemple. Elle propose également des programmes sportifs qui n’étaient « accessibles qu’à une partie de la population » en raison de leur prix, selon elle.

Sissy et son compagnon se sont partagés les rôles et les univers: elle investit le fitness et la nutrition, Tini conçoit des programmes de musculation. Chaque mois ils proposent de nouveaux exercices et des plats. Par ailleurs, végétalienne, Sissy MUA teste et écrit ses propres recettes. Elle a également développé sa marque de compléments alimentaires pour lesquelles ses études d’agroalimentaire lui ont été utiles.

Le dépassement de soi, sa philosophie de vie

« Deviens la meilleure version de toi-même » telle est la devise de l’application TSE. Ce sont en grande partie les critiques qui lui ont permis d’avancer, explique-t-elle : « Sans ça, on en serait pas là avec Tini. S’il n’y avait eu que des personnes qui adoraient ce qu’on faisait, on ne se serait jamais remis en question pour nous améliorer ». On peut notamment retrouver cet esprit du dépassement de soi dans ses livres : Mon cahier Beach body (2016), Fitness Body Book (2017), Fitness Body Guide (2018), Mon cahier objectif bikini (2019), Nutrition Body Book (2020) aux éditions Solar.

 

Partager cette publication