Startup de la semaine : Elleboss.fr, le hub des femmes entrepreneures

Une plateforme pour les entreprises et les femmes entrepreneures, ça existe ! Juliette Mandrin nous explique comment elle et son mari ont crée elleboss.fr. Rencontre

Sommaire

  • Elleboss.fr, l’entrepreneuriat féminin au service des entreprises
  • « On travaille à démontrer que les femmes sont de superbes chefs d’entreprise »

C’est dans sa cuisine, un soir, après une longue journée de travail et un trajet embouteillé que Juliette Mandrin laisse échapper de sa bouche des mots qui changeront le cours de sa vie. « Stop ça suffit, il faut trouver autre chose ! » dit-elle à son mari. À ce moment, l’envie d’entreprendre et d’être à son compte est une idée qui germe dans l’esprit de Juliette. Son mari, entrepreneur, est lui aussi confronté à la difficultés des entreprises à recruter des talents. La formule est alors toute trouvée ! Créer une plateforme en ligne permettant aux femmes entrepreneures et freelance de matcher avec des entreprises en manque de vivier ! C’est ainsi qu’est née Elleboss.fr, une plateforme « dans l’air du temps » en accord avec les attentes des femmes en recherche d’un équilibre vie pro/vie perso  ou des entreprises en manque de vivier et de mixité.

Elleboss.fr, l’entrepreneuriat féminin au service des entreprises

Informelles : Qui êtes-vous ?

Juliette Mandrin : Je suis Juliette Mandrin, j’ai 44 ans et je suis la cofondatrice de la plateforme Elleboss.fr.

Informelles : Elleboss.fr c’est quoi ?

JM : Elleboss.fr a été lancé en 2020. C’est la plateforme business dédiée à l’entrepreneuriat féminin au service des entreprises. Donc c’est une plateforme qui va mettre en relation les femmes entrepreneures freelance avec des entreprises qui ont besoin de flexibilité pour la gestion de leurs ressources.

Informelles : Comment ça marche ?

JM : C’est un outil digital qui met en lien les femmes freelance et entrepreneurs avec des entreprises qui ont besoin de renfort. Donc c’est vraiment un double tunnel avec un côté « ellebosseuse », un dépôt de profil, le moyen d’échanger avec le client via de la messagerie, de faire un devis, une facture et puis ensuite, de faire sa prestation directement. Par ailleurs, on a vraiment décidé de lutter contre la précarité des femmes freelances. Donc on propose également une assurance, de la prévoyance et une garantie de paiement à dix jours. Et côté client, c’est super facile aussi : vous déposez une mission, vous recevez des devis, vous démarrez et à la fin, il y a plus qu’une facture et c’est parti.

Lire aussi

• Le portrait du mois dans Smart Tech: Solenne Bocquillon, créatrice de Soft Kids
• Start-Up Lady Japan : lorsque les Japonaises se lancent dans l’entrepreneuriat
Informelles : A qui s’adresse Elleboss.fr ?

JM : La typologie est ultra large. On a coutume de dire que ça va de l’étudiante qui a envie de prendre une petite mission. Jusqu’à la retraitée qui a envie de continuer à travailler et à garder un lien social et à gagner sans doute un peu d’argent. Et entre les deux, on a en fait toutes ces femmes qui ont des parcours de vie différents, que ce soit via la maternité, la parentalité. Ça, ça change quand même souvent beaucoup les choses. On souhaite répondre aux parcours de vie, aux accidents de la vie aussi, à des moments où on a envie de travailler autrement. Donc je dirais que la typologie, encore une fois, peut aller de 20 ans à 70 ans.

Informelles : Pourquoi vous êtes-vous lancée dans cette entreprise ?

JM : Il y a deux ans et demi, j’ai cherché à changer de voie professionnelle. J’ai été salariée pendant quelques années et ça ne me correspondait pas du tout. Et du coup, je me suis intéressée aux plateformes, au monde des freelance, etc. Je me suis vite aperçue que les plateformes dédiées aux femmes n’existaient pas. Et en parallèle, mon associé qui lui est chef d’entreprise dans les assurances, se rendait compte très souvent que ses clients avaient vraiment besoin d’accompagnement sur du renfort ponctuel, flexible. Les CDD, c’était trop contraignant, l’intérim trop cher. Et donc on s’est dit il y a vraiment un vivier de femmes à mettre en relation avec les entreprises et c’était juste une évidence. D’ailleurs, la petite anecdote, c’est que mon associé, c’est mon compagnon et que tout ça s’est fait dans la cuisine un soir en rentrant du boulot après les embouteillages et je me suis dit stop, ça suffit, il faut trouver autre chose.

Informelles : Pourquoi les femmes ?

JM : Alors d’abord, il y a une question de sensibilité. Moi, J’ai toujours été attirée par ce côté féminin. Et déjà il y a quinze ans, je faisais de l’associatif dans le domaine de la parentalité, des mamans et tout ça donc c’était assez naturel chez moi. Et puis après, je me suis rendue compte, en m’intéressant encore davantage à l’actualité, que c’était un vrai enjeu de société, que les problématiques de mixité, d’inclusion, d’égalité homme femme, d’égalité professionnelle étaient un vrai sujet et qu’avec Ellebosse.fr, on pouvait répondre aux enjeux des entreprises pour cette question. […] Et puis, quand on est sa propre boss, forcément on est super engagé.

Informelles : Comment le Covid-19 a-t-il impacté votre activité ?

JM : Le Covid-19 a impacté forcément mais en même temps, c’est aussi une opportunité pour « elleboss », parce que le travail flexible aujourd’hui est une réponse aux difficultés des entreprises. C’est difficile pour elles de se projeter dans l’avenir et dans des recrutements pérennes. Et donc, en fait, ce mode de travail les intéresse forcément beaucoup et de l’autre, ça répond clairement aux attentes des femmes qui peuvent trouver un meilleur équilibre de vie pro vie perso par le télétravail notamment. Et donc pour nous, c’est clairement dans l’air du temps.

Informelles : Êtes-vous accompagnés ?

JM : Donc nous, on est incubés chez Willa qui est le premier incubateur au féminin qui se trouve à Paris et qui nous permet justement d’échanger d’abord avec d’autres incubés sur des différents niveaux de programme, d’accéder à des experts et puis d’assister à des ateliers. Et là, nous, on est sur un sujet de levées de fonds. Donc autant vous dire que ça remue pas mal. Et puis ça permet de se poser beaucoup de questions, donc c’est essentiel d’être accompagné sur ce sujet.

Informelles : Quels sont vos projets futurs ?

JM : La plateforme, aujourd’hui, elle existe beaucoup en Ile de France, donc on a vraiment le projet à deux ans de développer sur le territoire national via un réseau d’ambassadrice. Parce que c’est un outil digital, certes, mais surtout on veut garder de l’humain. Donc derrière, on a une équipe, on a un super support client et c’est en ça qu’on va être différent des autres plateformes. Et puis, on veut garder cette proximité. C’est vraiment cette idée de communauté avec les femmes entrepreneurs, qu’elles puissent avoir des lieux ou échanger, se rencontrer, sortir de l’isolement de la femme, entrepreneures. Donc nos objectifs, c’est ça. Et un dernier point et on va intégrer du test au sein de la plateforme pour qualifier notre vivier et faire la différence.

« On travaille à démontrer que les femmes sont de superbes chefs d’entreprise »

Informelles :nCe dont vous êtes la plus fière ?

JM : Des moments de fierté, il y en a eu plein, notamment. Tout ce qui est presse. Parce que ça, c’est quand même très nouveau de passer dans BFM Business ou de faire un article pour Challenges, comme on l’a fait hier par exemple, ou même aujourd’hui. Donc ça, c’est une grande fierté. Et puis la fierté, ça vient aussi, surtout des autres, de mon équipe, de tout ce qu’on arrive à faire et à mettre en œuvre. Donc vraiment, il a une anecdote ou une fierté précise, mais c’est plein de moments de joie.

Informelles : En trois mots, qu’est-ce qui vous fait avancer ?

JM : En trois mots, alors je dirais les autres, le partage et puis la performance.

Informelles :Un.e rôle modèle ?

JM : Alors oui, mais vous êtes surprise que je parle d’elle. C’est une femme qui fait partie, qui fait partie de mon incubateur, qui s’appelle Delphine Cochet, qui a créé ma bonne fée. Et c’est quelqu’un qui a un ou deux ans d’avance sur nous par rapport à notre propre start up. Je la trouve très inspirante et surtout tellement authentique que j’ai envie de la suivre et puis de coller à son parcours. Parce que je pense qu’elle peut être très fière d’elle et que j’espère qu’on arrivera à faire aussi bien.

Informelles : Qu’est-ce qui vous inspire ?

« Les femmes m’inspirent […] On a toutes des tas de compétences à révéler et à vendre » Juliette Mandrin, cofondatrice de Elleboss.fr

JM : Les femmes, m’inspirent énormément. Et puis la force qu’on a. Et puis toutes les compétences qu’on a pu développer durant toutes nos vies. On parlait de mantra tout à l’heure. C’est pas le mot mantra, mais c’est celui qu’on veut mettre dans « elleboss ». C’est à dire ? En fait, on a toutes des tas de compétences qu’on n’a pas forcément encore révélées, mais qu’il faut aller chercher. Donc ça, c’est hyper important d’arriver à les identifier, à les mettre en valeur et à les vendre.

Informelles : Être une femme entrepreneure en 2022 ?

JM : Être une femme entrepreneure en 2022, je trouve que c’est quand même aujourd’hui super positif et plein de joie. On a de la chance de rencontrer des hommes, des femmes qui ont des super beau projet. Après, il y a vraiment un gros progrès à faire, notamment au niveau de la levée de fonds des licornes, etc. Mais je pense qu’on participe aujourd’hui à une évolution de l’histoire. Nos grands-mères, elles avaient le droit de vote ou d’autres choses. Nous, on travaille aujourd’hui à démontrer que les femmes sont de superbes cheffes d’entreprise et apportent une vraie différence dans le monde du travail.

soutenez informelles Startup de la semaine : Elleboss.fr, le hub des femmes entrepreneures

Partager cette publication