Les femmes à la conquête de l’espace : Valentina Terechkova ouvre la voie

En 1963, Valentina Terechkova est la première femme à faire le tour de la Terre en solitaire. Dans le cadre de la guerre froide, l’URSS veut montrer que technologie et parité vont de pair. Mais il faudra attendre près de vingt ans avant qu’une autre femme s’envole dans l’espace. Portrait de cette “Mouette” qui marquera une génération de jeunes filles d’URSS mais aussi du monde entier.

Sommaire

  • La génération Gagarine
  • Décollage de Baïkonour
  • Une femme en orbite
  • Nouvelle image des femmes d’URSS
  • Héroïne de l’Union soviétique et rôle modèle
  • Vingt ans plus tard…
  • Valentina et Claudie

La génération Gagarine

En 1961, Youri Gagarine devient le premier homme à voler dans l’espace, l’URSS a devancé les Etats-Unis. Ouvrière dans une usine textile, Valentina Terechkova (née en mars 1937) est sous le choc. Elle décide de se porter volontaire pour rejoindre le programme des cosmonautes soviétiques. Elle n’a aucune expérience de vol mais est une parachutiste aguerrie.

Celle que l’on surnommera plus tard “la Mouette” est choisie parmi 400 candidats et candidates pour participer à la sixième mission Vostok. Seulement cinq femmes sont pré-sélectionnées pour un entrainement spartiate de 18 mois. Valentina est l’unique élue, retenue pour s’envoler vers l’espace. 

Décollage de Baïkonour

Le 16 juin 1963, elle décolle du cosmodrome de Baïkonour (actuellement dans le Kazakhstan). C’est un Etat dans l’Etat soviétique : 6 717 km2 de superficie, 8 complexes de lancements, 16 pas de tir dont 4 pour les missiles intercontinentaux, 11 bâtiments d’assemblage et de préparation, etc.; toutes ces installations sont reliés par 470 km de voies ferrées, 1 281 km de routes. 

Valentina Terechkova

Poster de Valentina Terechkova en 1963. Photo by World History Archive/ABACAPRESS.COM

Une femme en orbite

Valentina fait 48 fois le tour de la Terre et passe 70 heures et 41 minutes dans l’espace. Aujourd’hui encore, elle est la seule femme à avoir effectué un tel vol en solitaire. Un Nikita Khrouchtchev paternaliste lui déclare en direct à la radio pendant son vol : “Je suis fier, paternellement, qu’une fille de chez nous, une jeune fille du pays des soviets soit la première à voler dans l’espace en possession des moyens techniques les plus perfectionnés”

Le premier secrétaire du Parti communiste de l’Union soviétique, veut montrer aux Etats-Unis qu’avancée technologique et parité vont de pair.

Nouvelle image des femmes d’URSS

Du côté des Etats-Unis, c’est le choc et l’étonnement. Le journalise du New York Times commence son article en soulignant que “la première femme de l’espace est une jeune femme d’apparence agréable, aux yeux gris, athlétique et aux cheveux ondulés, blond foncé”. Elle n’était pas blonde mais son exploit va bouleverser les clichés américains sur les femmes d’URSS. Subitement, elles deviennent « des femmes médecins en blouse, des femmes ingénieurs avec leurs règles à calcul, et même une jeune cosmonaute dans son vaisseau spatial », analyse l’historien Robert L. Griswold.

Héroïne de l’Union soviétique et rôle modèle

Pour Valentina Terechkova, cela sera aussi sa dernière mission. C’est maintenant une héroïne de l’Union soviétique. Elle est fêtée sur la Place rouge et incarne le triomphe de l’idéal socialiste. Valentina est un rôle modèle pour toute une génération de jeunes filles. Elle devient ingénieure en aéronautique avant d’être promue major-général de l’armée de l’air, puis de mener une carrière politique au sein du Comité central du Parti Communiste. C’est un soutien sans faille de Vladimir Poutine.

Valentina Terechkova

Un soutien sans faille de Poutine. Photo by Alexei Druzhinin/Russian Presidential Press and Information Office/TASS/ABACAPRESS.COM

Vingt ans plus tard…

Il faudra attendre 19 ans pour que la cosmonaute Svetlana Savitskaïa sorte de son vaisseau pour aller dans l’espace. En 1983, Sally Ride est la première Américaine à les rejoindre, vingt ans après Valentina. 

C’est seulement en août 1996 que ​​la Française Claudie Haigneré débute un vol de seize jours à bord de la station orbitale russe Mir. 

Valentina et Claudie

Avant sa mission, elle croise Valentina Terechkova. (Elle) “avait peut-être un regard plus bienveillant vis-à-vis de moi. D’une part parce que c’était de la coopération franco-russe, et à cette époque-là, ça représentait culturellement quelque chose. Elle avait donc une forme de générosité prononcée à mon égard, parce que j’étais française, femme sans doute, et civile aussi, sûrement”, témoignait Claudie Haigneré en avril 2019 dans Paris Match.

 

Partager cette publication